Ce qu'il faut savoir avant de demander un prêt immobilier

Publié par le 22 septembre 2015

La demande de prêt immobilier est un grand moment dans la vie d'un nouveau propriétaire. Tout le monde a son avis sur la question et vous recevrez de nombreux conseils de votre entourage. Il ne sera pas toujours facile de faire la part des choses et de démêler le vrai du faux. Voici les informations principales à retenir avant de vous lancer dans la demande d'un crédit immobilier, concernant les délais, qui doivent être respectés scrupuleusement.

Ce qu'il faut savoir avant de demander un prêt immobilier

Le délai d'acceptation de l'offre de prêt

Vous avez l'obligation formelle de laisser passer 10 jours complets entre la réception de l'offre de prêt et la signature de ce dernier, le cachet de La Poste faisant foi. Attention, le jour de réception de l'offre ne compte pas dans le calcul du délai. La banque a l'obligation d'annuler toute démarche qui ne respecterait pas ce délai de réflexion, mis en place afin de protéger le consommateur.

Le délai de validité de l'offre de crédit envoyée par la banque

L'offre envoyée par la banque est valable 30 jours à compter du jour de réception du courrier. 30 jours est une durée minimum légale qui peut varier d'un établissement à un autre. Certaines banques décident de la rendre valable sur un délai plus long. Il leur est alors impossible d'en changer les conditions pendant toute la durée du délai autorisé.

Les délais d'annulation du prêt ou de la vente

Vous devez savoir que vous pouvez revenir sur le crédit immobilier jusqu'à 4 mois après la signature de l'offre à condition que la vente désignée n'ait pas eu lieu. Par ailleurs, si après la signature de l'offre, aucune vente n'a été conclue, l'offre de prêt sera purement et simplement annulée par la banque. Il vous est cependant possible de négocier une rallonge du délai minimal, au moment de la demande de prêt. Cela peut être utile si vous savez que la vente va se faire sur du très long terme. La vente également pourra être annulée sans risque de pénalité, à condition que la banque ait refusé le prêt immobilier. On appelle cela une condition suspensive. Vérifiez bien à la signature du compromis de vente que cette condition est bien annotée.