Crédit immo : Quels éléments me permettent de comparer les offres ?

Publié par le 10 septembre 2015

Pas toujours simple de savoir si une offre de prêt est plus intéressante qu'une autre ! Pourtant depuis 2011, la loi Lagarde oblige les établissements de prêt à plus de transparence et d'informations pour l'emprunteur. Evidemment le taux d'intérêt est l'élément principal à examiner, mais d'autres facteurs peuvent influer sur le coût total de votre crédit. Explications. 

Crédit immo : Quels éléments me permettent de comparer les offres ?

Le TAEG, la valeur de référence

Pour aider le consommateur, la loi impose les banques à utiliser
le taux annuel effectif global (TAEG) comme valeur référence pour mesurer et comparer le coût total d'un crédit à la consommation. Ce taux d'intérêt global inclue tous les frais liés à l'obtention du crédit, de la souscription jusqu'à son remboursement total :
- Le taux d'intérêt normal du crédit (ou taux nominal)
- Les frais de dossiers (et d'autres frais obligatoires propres à chaque organisme)
- L'assurance-emprunteur 

Le TAEG est donc le meilleur outil de comparaison. Attention cependant car il ne prend pas en compte d'autres frais liés notamment au remboursement anticipé ou aux pénalités de retard. Autre élément difficile à évaluer,
la souplesse d'une banque : est-il possible ou non de reporter une ou plusieurs mensualités ? Est-il possible de moduler temporairement une mensualité ? 

Des indicateurs solides à ne pas négliger

Le taux nominal

Ce taux n'indique que le coût des intérêts, c'est celui sur lequel communique toutes les banques et il est au plus bas en cette fin 2015. Il permet d'évaluer assez précisément vos mensualités, hors assurance bien sûr. Avec la baisse générale des taux, il n'est désormais plus aussi important qu'avant dans le coût de votre crédit. 

Le Taux Annuel Effectif de l'Assurance (TAEA)

Il fonctionne sur le même principe que le TAEG, mais concerne uniquement l'assurance du prêt. Depuis janvier 2015, les offres d'assurance-emprunteur doivent obligatoirement indiquer : le coût total de l'assurance sur la durée du prêt et le coût périodique de l'assurance en euros (par an et par mois).
Attention, l'assurance dépend vraiment de votre choix et de la quotité que vous souhaitez, c'est à dire la part de risque à répartir sur chacun des co-emprunteurs : de 50 à 100 % pour chacun. 

N'oubliez pas que vous n'êtes pas tenu de souscrire l'assurance de prêt auprès de l'organisme prêteur. Vous êtes libre de déléguer cette assurance à un spécialiste par exemple dont les tarifs sont généralement plus bas pour des garanties équivalentes. 

Pour en savoir plus sur l'assurance emprunteur : voir l'article