A la reconquête des déserts médicaux

Publié par le 6 juillet 2012 A la reconquête des déserts médicaux

La sous-densité des infirmiers libéraux dans certaines régions était jusqu'alors un problème véritablement marqué. Mais depuis 2009, cette tendance tend à diminuer, grâce à différentes mesures prises par l'Assurance Maladie en accord avec les infirmiers libéraux. Ces mesures s'axent principalement sur la dissuasion de s'installer dans des zones à densité trop forte (nombre d'infirmiers
ombre d'habitants) et d'inciter à s'installer dans les zones « sous-dotées » en leur proposant des aides financières lors de leur installation. En effet, les infirmiers s'installant en zone à forte densité se verront refuser les remboursements par l'Assurance Maladie, ce qui revient à une interdiction d'installation.

Un système décliné

Face à ce succès, le nombre d'infirmiers libéraux ayant augmenté de 33 % dans ces « déserts médicaux », l'Assurance Maladie a décidé de décliner ce système pour les kinésithérapeutes et les sages-femmes. Un choix judicieux puisque ces professions ciblent certaines populations. Il s'agit en outre de s'inscrire dans la dynamique de la réforme de la carte hospitalière, le gouvernement souhaitant une santé plus proche de ces citoyens. Or, favoriser l'implantation des kiné dans les régions où la population est vieillissante est un choix logique.