Cancer de la prostate : le dépister et le soigner

Publié par le 21 juillet 2015

Le cancer de la prostate est le cancer le plus répandu chez les hommes âgés de plus de 50 ans. De plus, il s'agit du cancer le plus mortel après le cancer du poumon et le cancer colorectal, avec plus de 10 000 décès comptabilisés par an pour 40 000 nouveaux cas. Il est donc essentiel de bien le dépister, afin de pouvoir le traiter au plus tôt et de faire grandir les chances de guérison. Voici quelques informations utiles concernant le dépistage du cancer de la prostate et les traitements qui existent.

Cancer de la prostate : le dépister et le soigner

Comment dépister le cancer de la prostate ?

Avant toute chose, vous devez savoir que le cancer de la prostate touche beaucoup plus les hommes âgés de 50 à 75 ans, ceux ayant des antécédents familiaux et ceux ayant une alimentation trop riche en matières grasses, comme celles présentes dans la charcuterie.

Le dépistage du cancer de la prostate pose toujours problème car, contrairement à d'autres cancers que l'on peut diagnostiquer très tôt, celui-ci ne présente aucun symptôme particulier lorsqu'il est au stade précoce, période où on pourrait encore le soigner facilement. Peuvent cependant survenir des troubles urinaires, des douleurs osseuses, une dégradation rapide de l'état de santé général et une rétention d'urines douloureuse.

Afin de favoriser le dépistage et la sensibilisation à ce dernier, le 15 septembre se tient la journée européenne de la prostate. A cette occasion, il n'est pas rare d'assister à des débats entre urologues et autres médecins spécialisés qui déplorent une ablation de la prostate trop systématique et au moindre soupçon.

Il est tout de même conseillé, à partir de 55 ans, de se faire dépister par analyse du dosage de PSA et par un toucher rectal afin d'identifier un risque ou un début de cancer de la prostate. Cette méthode a le mérite de détecter les risques et les prémices de la maladie quand d'autres procédés, tels que l'échographie endorectale, le curetage ganglionnaire, le scanner, l'IRM ou la scintigraphie osseuse, se contentent de confirmer sa présence à un stade de développement déjà très avancé.

Cancer de la prostate : les traitements

En ce qui concerne les traitements, l'acte le plus efficace est celui de la prostatectomie totale qui consiste donc à retirer la prostate et les vésicules séminales. Il s'agit d'une opération sous anesthésie générale et péridurale qui ne peut s'appliquer qu'aux cancers non généralisés, qui représentent malheureusement une part de 10% des cancers de la prostate détectés.

La radiothérapie, le traitement hormonal et la chimiothérapie sont également des traitements utilisés, notamment lorsque d'autres tissus proches de la prostate ont été touchés. En effet, le cancer de la prostate a tendance à se développer assez vite et à migrer rapidement. Ces traitements vont venir détruire les cellules cancéreuses à l'aide de radiations, de produits hautement chimiques ou d'hormones femelles qui viendront s'opposer à l'action de l'hormone mâle responsable du cancer de la prostate.

Le cancer de la prostate est considéré comme une affection de longue durée (ALD) exonérante et fait donc l'objet d'une prise en charge à 100% par la Sécurité sociale.