Changement d'heure : quel impact sur notre santé ?

Publié par le 28 mars 2017

Alors que l'objectif est d'aligner les horaires d'ensoleillement avec ceux des activités afin de limiter les dépenses d'éclairage, force est de constater que le changement d'heure n'est pas bon pour tout le monde. Notamment, le risque de faire une crise cardiaque est 25 % plus élevé que le reste de l'année. Quelques précautions sont donc nécessaires pour les personnes vulnérables.

Changement d'heure : quel impact sur notre santé ?

Le changement d'heure fait partie d'une mesure gouvernementale, afin d'adapter l'ensoleillement par rapport aux activités qui ont généralement lieu en fin de journée, là où la consommation d'électricité est la plus importante entre 18h et 21h. Le changement d'heure permet donc de mieux faire coïncider les habitudes de consommation avec la luminosité en soirée. Le gouvernement utilise donc ce moyen afin d'alléger la facture d'énergie.
L'économie est estimée à 440 GWh, soit l'équivalent d'une consommation d'éclairage par 800'000 ménages durant une année. Selon le ministère de l'Ecologie, on permet ainsi d'éviter la production de 44'000 tonnes de CO2 (économie estimée d'ici à 2030 : 100'000 tonnes).

Cliquez ici pour comparer les assurances santé

Cependant, ce phénomène n'est pas une bonne nouvelle pour tout le monde. L'American College of Cardiology fait notamment un parallèle entre l'augmentation du risque de crise cardiaque à la fin du week-end qui justement subit le changement d'heure. C'est un chiffre en augmentation de 25 % en comparaison au reste de l'année. Un phénomène qui indique que certaines catégories de personnes vulnérables le sont encore plus en raison de cet évènement.
Pour l'anticiper au mieux, il faut idéalement renoncer à faire la grasse matinée le dimanche, se passer de sieste et sortir. Cela permet ainsi d'adapter le corps au changement, également en éteignant les écrans dont la lumière bleue perturbe le sommeil. Il est aussi conseillé de modifier légèrement les horaires de lever et de coucher, pour permettre au corps de s'adapter en douceur.