Complémentaires santé : il va falloir faire jouer la concurrence !

Complémentaires santé : il va falloir faire jouer la concurrence !

Publié par le 21 septembre 2010

Les récentes décisions du gouvernement vont fatalement renchérir le coût des mutuelles. Mais chaque compagnie décidera du rythme auquel elle appliquera la hausse. C'est le bon moment pour comparer.

Le discours des assureurs et des mutuelles a le mérite de la clarté. Lorsque, fin août, le gouvernement a voulu supprimer l'avantage sur les contrats santé « solidaires » (qui représentent l'essentiel du marché), les professionnels ont aussitôt annoncé qu'ils répercuteraient la taxe de 3,5 % sur les tarifs des contrats. Idem il y a quelques jours, lorsque le gouvernement a fait part d'un déremboursement partiel de certains médicaments. Au global, et en tenant compte de l'augmentation des dépenses de santé, les mutuelles ont estimé que la hausse, cette année, pourrait atteindre les 8 %.

« Il y a les discours et la réalité, tempère Stanislas di Vittorio, fondateur du comparateur d'assurance Assurland.com. L'assurance santé est un marché très concurrentiel et les assureurs n'ont pas intérêt à répercuter immédiatement l'intégralité des surcoûts. » Il estime que nombre de compagnies étaleront cette hausse sur plusieurs années. À moins qu'elles ne préfèrent rogner sur les garanties afin de maintenir un tarif raisonnable.

Dans les deux cas, mieux vaudra être particulièrement vigilant à la réception de la lettre annonçant l'augmentation de tarif, souvent en fin d'année. Une bonne occasion de faire le tour du marché pour vérifier que le rapport qualité-prix du contrat reste compétitif.

Attention aux promotions

Première chose à faire : définir ses besoins. Inutile de disposer de solides garanties en optique si l'on ne porte pas de lunettes, ou en obstétrique si l'on est un homme... Bien entendu, on ne peut pas savoir à l'avance si l'on aura des problèmes dentaires l'année suivante. Mais il est parfois plus intéressant d'être un peu moins bien couvert que de payer une forte garantie sur des soins peu utilisés.

Ensuite, le plus simple est de se rendre sur des comparateurs en ligne tels qu'Assurland, Assuremieux, Hyperassur, ou encore Kelassur, pour regarder les meilleurs tarifs sur un contrat correspondant à vos besoins.

Enfin, attention aux promotions offrant un ou deux mois de cotisation. Intéressant... à condition de pouvoir le résilier l'année suivante. « Il arrive que les mois gratuits soient placés la deuxième année afin d'obliger le client à rester », note Stanislas di Vittorio. Certains contrats mettent également en avant l'absence de délai de carence (la prise en charge est immédiate) mais compensent avec de grosses franchises.

Une fois le nouveau contrat choisi, il ne reste plus qu'à résilier l'ancien par lettre recommandée. L'assuré dispose d'au moins 20 jours (parfois plus) à compter de la réception de la nouvelle grille tarifaire.