L'Assurance Maladie présente un rapport meilleur que prévu

Publié par le 26 mars 2012 L'Assurance Maladie présente un rapport meilleur que prévu

Alors que l'Assurance Maladie pensait présenter des économies à hauteur de 551 millions d'euros, sa politique de désengagement a engendré un résultat de 612 millions d'euros. Une réussite principalement due à la « maîtrise médicalisée » des dépenses.

L'effort de déremboursement s'est concentré principalement sur les médicaments, avec une nuance à apporter suivant les molécules. Les médicaments traitant le cholestérol, les ulcères et l'ostéoporose par exemple ont connu la baisse de remboursement la plus importante (13,8 %), alors que les remboursements des antibiotiques et des antalgiques n'ont presque pas bougé (1,1 %). Les mutuelles se voient donc de plus en plus sollicitées, avec comme conséquence l'augmentation de leurs tarifs.

Des économies ciblées

Ces réductions de dépenses sont à nuancer selon les secteurs. Les médicaments ont certes subi le plus gros effort, mais d'autres connaissent des résultats « décevants » selon l'Assurance Maladie. En particulier pour les affections de longue durée (ALD), remboursées à 100 % pour les frais directement liés. Avec une politique aussi agressives, et un relais de la prise en charge des dépenses de plus en plus important par les complémentaires santé, ces dernières envisagent de rembourser autrement les médicaments. Il s'agirait de les rembourser selon leur efficacité, et non plus selon les vignettes attribuées par l'Assurance Maladie.