L'Assurance santé, meilleure amie de la médecine douce

Publié par le 26 mars 2012 L'Assurance santé, meilleure amie de la médecine douce

Malgré l'accès de plus en plus difficile aux soins (20 % ont déclaré y avoir renoncé en 2011), la médecine douce ne connaît pas la crise. En effet, les adeptes d'une telle médecine se font de plus en plus nombreux. Perte de confiance dans les médicaments à cause des scandales à répétition (médiator, propécia…), surconsommation de médicaments, les motifs invoqués pour la pratique d'une telle médecine sont nombreux. Et pourtant, cette médecine non-reconnue par la profession est très mal, voire pas du tout remboursée par l'Assurance Maladie. L'explication tient en deux mots : les assurances santé. Celles-ci sont fortement sollicitées pour rembourser de tels soins, permettant ainsi aux adeptes de cette méthode de pouvoir en bénéficier.

Une nette évolution

De 23 % des contrats d'assurance santé individuels sollicités pour rembourser des soins en médecine douce en 2007, on passe à 40 % en 2009. Soit près de 20 % en deux ans. L'augmentation de ces remboursements révèle donc que les prix des soins en médecine douce ont augmenté, et qu'il est bien plus intéressant de souscrire à une assurance santé qui les rembourse. La plus grande partie des remboursements reste cependant prise en charge par les assurances santé individuelle, avec une dominance nette pour la mutuelle. Celles-ci sont de fait plus sollicitées que les sociétés d'assurance pour ces remboursements.