La télémédecine, une nouvelle solution pour désengorger les cabinets

Publié par le 23 avril 2012 La télémédecine, une nouvelle solution pour désengorger les cabinets

Les sites de télémédecine surfent sur un flou juridique présent dans la loi HPST. La télémédecine n'est en effet autorisée que dans le cadre de la loi HPST (Hôpital, patient, santé, territoire) votée sous la houlette du ministère de Roselyne Bachelot. De sorte que le téléconseil n'est pas autorisé. Le service doit obligatoirement mettre à disposition un contact téléphonique avec le médecin afin de permettre une consultation. Un simple conseil généraliste n'est donc pas légal.

Un service commercial mal encadré

Ces sites posent problèmes quant aux remboursements. Les clients, car les internautes consultant ces sites sont bien des clients, payent jusqu'à 6,50€ la question ou 2,50€ la minute. Si l'on compare à une consultation physique chez son médecin traitant, une téléconsultation reviendrait à 25€ pour 10 minutes au lieu de 23€. 2 euros de plus seulement pour ne pas se déplacer ? Pas seulement, il ne faut pas oublier que la visite chez son médecin traitant est remboursée alors que la téléconsultation ne l'est pas. Ce qui revient à dire que l'écart de prix est de l'ordre de 24€ entre une téléconsultation et une consultation physique chez un médecin du secteur 1. Enfin, cette activité n'est pas reconnue par la déontologie alors que les médecins se font rémunérer pour leurs conseils. Interviewé sur le sujet, le docteur Jacques Lucas prône pour un meilleur encadrement de ces sites, afin d'éviter toute dérive comme les arnaques de faux médecins.