Le secteur optionnel passe en force

Publié par le 26 mars 2012 Le secteur optionnel passe en force

Le secteur optionnel, à l'origine pensé pour les actes de quelques spécialistes (obstétriciens, anesthésistes et chirurgiens), est finalement étendu à tous les spécialistes désirant rejoindre ce secteur. En imposant un minimum de 30 % de leurs actes au tarif de convention de l'Assurance Maladie, et en plafonnant leurs dépassements à 50 % de ce dernier, le gouvernement apporte une réponse aux critiques virulentes déclenchées par la révélation de « 60 millions de consommateurs » concernant les tarifs indécents pratiqués par les chirurgiens du secteur 2 dans les hôpitaux publics.

Les complémentaires santé s'insurgent

Un décret qui soulève un vent de contestation parmi les complémentaires santé, ces dernières accusant le gouvernement de favoriser l'inflation alors que 20 % des Français sont obligés de renoncer aux soins faute de moyens financier. De plus, cette mesure leur paraît aller dans le sens inverse des intérêts des patients. Les praticiens du secteur 2 pratiquant des tarifs indécents ne seront pas tentés de rejoindre le secteur optionnel, et les spécialistes pratiquant des dépassements inférieurs à 50 % seront incités à augmenter leurs tarifs. Un « jeudi noir à l'accès aux soins des Français » selon 60 millions de consommateurs, qui ajoute aux contraintes précédentes les inévitables hausses des tarifs des complémentaires santé que va provoquer la promulgation de ce décret.