Les Français sont-ils heureux au travail ?

Publié par le 20 mars 2017

La CFDT vient de présenter les résultats d'une étude de grande ampleur sur le bonheur au travail. Plus de 200 000 personnes ont répondu aux 172 questions couvrant de multiples sujets. Les résultats surprennent sur le fait que 77 % des salariés affirment aimer leur activité professionnelle, cependant 36 % d'entre eux déclarent avoir fait un burn-out et se plaignent de la charge de travail trop importante. 

Les Français sont-ils heureux au travail ?

Dans son questionnaire en ligne, la CFDT a intégré de nombreux thèmes dont le temps au travail, la santé, le parcours professionnel, les salaires, le chômage, les syndicats, les grèves, le stress ou encore le sexisme.
Sur les 200 000 personnes interrogées, 77 % affirment aimer leur travail, dans toutes les catégories sociales. Ils sont même 57 % à affirmer être fiers de ce qu'ils font et entretiennent de bonnes relations d'entraide avec les collaborateurs.
Les réponses données à l'étude de la CFDT cassent définitivement certains clichés, notamment sur la durée légale du temps de travail. Pour résumer les résultats de l'étude, les Français s'estiment heureux au travail mais ont du mal à supporter la surcharge qui pèse sur eux.

Cliquez ici pour comparer les assurances santé

Là où les résultats surprennent, c'est principalement concernant la vision du temps de travail. Pour les salariés interrogés, il ne s'agit pas d'une question problématique. Ils sont même 65 % à considérer que travailler jusqu'à 39 heures par semaine ne les empêche pas d'avoir un équilibre avec la vie privée. En ce qui concerne la durée de travail entre 40 et 47 heures, ils sont bien moins à le penser (moins d'un sur deux).
Les préoccupations majeures des employés d'aujourd'hui sont la charge de travail trop importante, qui aurait un impact négatif direct sur la santé, ainsi que le manque d'autonomie. Pour plus de 50 %, constat est fait qu'ils ne disposent pas d'assez de temps pour faire leur travail correctement. Conséquence directe : pour 35 % des personnes interrogées, la santé subit les conséquences de ce problème.