Les pharmaciens négocient pour avoir des honoraires

Publié par le 12 avril 2013

Les pharmaciens sont en cours de négociations avec la Sécurité Sociale pour être rémunérés à l'honoraire, à l'instar des médecins et des infirmières. La baisse du prix des médicaments les empêcherait de vivre correctement.

Les pharmaciens négocient pour avoir des honoraires
Les médicaments représentent aujourd'hui 80% du chiffre d'affaires des pharmaciens. Or, l'Etat ne cesse de souhaiter baisser le prix des médicaments remboursés par la Sécurité Sociale afin de réduire son déficit. Le résultat est simple : plus d'un quart des pharmaciens voient leurs revenus diminuer et ne pourraient plus s'en sortir financièrement.

Des honoraires pour les pharmaciens

Ce mercredi 11 avril 2013, les pharmaciens étaient en négociation avec la Sécurité Sociale. Leur volonté : être rémunéré de la même manière que les médecins et autres professionnels de la santé, à l'honoraire. Plus précisément, ils demandent un « honoraire de dispensation » qui devrait correspondre à 25% de leur rémunération d'ici 2017, avec une première étape à 12,5% en 2014.  Mais ce n'est pas tout ; ils désirent également recevoir des rémunérations forfaitaires sur certaines fonctions qu'ils exerceraient. Pour exemple, la surveillance du suivi des traitements des patients pourraient leur rapporter 40 euros par an.

Des négociations qui s'annoncent difficiles

Les négociations devraient durer, et certains éléments seront à prendre en considération avant d'arriver à un accord entre les pharmacies et la Sécu. Philippe  Gaertner, président du FSPF (syndicat de pharmaciens) explique qu'il existe des disparités entre chaque pharmacie. Chacune des officines a ses propres spécificités : "Les ordonnances ne sont pas les mêmes selon que la pharmacie est située en face d'un hôpital, dans un centre commercial très fréquenté ou dans un petit village."
Actuellement, la rémunération des pharmaciens se répartit entre l'Assurance Maladie et les mutuelles, qui participent respectivement à 70% et 16% de leurs revenus. Cet élément sera également à prendre en compte avant de finaliser l'accord.