Lunettes et lentilles : bientôt plus besoin d’ordonnance ?

Publié par le 20 février 2017

Le marché de l'optique bouge ! Jusqu'à présent les porteurs de lentilles et lunettes devaient se rendre régulièrement chez leur ophtalmologiste pour obtenir une ordonnance, seule façon de se voir délivrer des équipements adaptés à leur vue. Mais depuis la réforme entrée en vigueur le 17 octobre 2016, cette procédure va être simplifiée. Les opticiens lunetiers ont en effet aujourd'hui une plus grande autonomie et pourront parfois se passer d'ordonnance pour adapter une correction ou délivrer une paire de lunettes. Voici les modalités et les conditions formulées par le décret d'application de la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016.

Lunettes et lentilles : bientôt plus besoin d’ordonnance ?

Les points forts de la nouvelle réforme


Les nouveautés pour les opticiens sont au nombre de trois :

  • Ils sont désormais autorisés à adapter les prescriptions de lentilles de contact dans le cadre d'un renouvellement pour vous proposer une correction adaptée à votre vue si celle-ci évolue.
  • En cas d'urgence incontestable, par exemple si vous perdez ou cassez vos lunettes et verres correcteurs d'amétropie (myopie, astigmatisme ou hypermétropie) et ne disposez pas d'une ordonnance, ils peuvent exceptionnellement réaliser un examen et vous délivrer de nouvelles lunettes sans ordonnance.
  • La validité des ordonnances de lunettes est allongée et la durée de renouvellement peut atteindre jusqu'à 5 ans pour les patients âgés de 16 à 42 ans. Votre opticien peut ainsi vous délivrer un nouvel équipement pendant plusieurs années, sans qu'il vous soit nécessaire de revoir un spécialiste entre temps.
  • <

Ces mesures ont pour but de simplifier la procédure de délivrance des équipements d'optique, mais surtout de réduire le temps d'attente pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologue. Ces consultations sont en effet particulièrement longues à obtenir. La ministre de la Santé Marisol Touraine parle ainsi de 85 jours en moyenne en France et de plus d'un an d'attente en Picardie ou en Franche-Comté.


Les limites de la réforme


L'application de la réforme connaît toutefois des limites. Premièrement, la délivrance sans ordonnance des lunettes en cas d'urgence n'est possible que dans le cas d'une correction d'amétropie (myopie, astigmatisme ou hypermétropie). Ensuite, l'ophtalmologiste pourra dans certains cas limiter la durée de validité de sa prescription par simple mention sur l'ordonnance. L'âge du patient a aussi son importance : la validité des ordonnances de lunettes est moindre pour ceux dont l'acuité visuelle est susceptible de changer rapidement. Elle reste donc d'un an pour les moins de 16 ans et est limitée à 3 ans pour les plus de 42 ans.


Enfin, qu'en est-il des ordonnances établies avant l'entrée en vigueur du nouveau texte ? Les opticiens peuvent adapter la prescription dans le cadre d'un renouvellement si le patient a plus de 16 ans et l'ordonnance moins de trois ans.


Une bonne complémentaire santé, indispensable pour faire face aux dépenses d'optique


Les dépenses d'optique sont un poste important du budget santé des français. Avec des remboursements de l'Assurance maladie souvent insuffisants, une vue qui peut évoluer, des imprévus qui peuvent survenir (casse, perte ou vol) et l'âge avançant, des corrections plus complexes qui peuvent devenir nécessaires, il est indispensable d'avoir une complémentaire santé adaptée pour faire face aux frais occasionnés.


La sécurité sociale


Le remboursement des lunettes par la caisse d'Assurance maladie n'est souvent pas à la hauteur de la dépense réelle et ne représente que quelques euros sur la facture totale (de 6 à 10€ pour une paire de lunettes à 300€).


En effet, la prise en charge par la Sécurité sociale s'effectue à hauteur de 60% du tarif de convention et s'opère distinctement sur les verres et la monture. Cependant, elle varie en fonction de l'épaisseur des verres et de leur degré de correction (verre blanc simple, multifocal, progressif), mais également selon l'âge du bénéficiaire. Ainsi, la monture des lunettes est remboursée à 60% sur la base d'un tarif forfaitaire fixé à 30,49€ pour les moins de 18 ans et à 2,84€ pour les plus de 18 ans.


D'autre part, la prise en charge des lentilles de contact s'effectue à hauteur de 60% sur la base d'un forfait annuel fixé à 39,48€, soit un remboursement de 23,69€, que les lentilles soient réutilisables ou non, journalières ou hebdomadaires. Néanmoins, cette prise en charge n'est effective seulement que si vous êtes atteint de troubles visuels mal corrigés par une paire de lunettes. En résumé, elle concerne uniquement les lentilles permettant de corriger les pathologies suivantes :


  • le kératocône
  • l'aphakie
  • le strabisme accommodatif
  • l'astigmatisme irrégulier
  • la myopie supérieure ou égale à 8 dioptries
  • l'anisométropie à 3 dioptries non-corrigeables par des lunettes

Attention toutefois, pour bénéficier d'un remboursement par la caisse d'Assurance maladie il faut présenter une ordonnance établie par un ophtalmologiste, excepté lorsqu'il s'agit de remplacer les verres ou la monture.


La complémentaire santé


Lorsque vous avez des besoins réguliers en optique, souscrire une complémentaire santé est vivement recommandé. Pour faire le bon choix, assurez-vous qu'elle propose un forfait adapté à vos attentes : lentilles de contact, lunettes, lunettes de soleil, chirurgie réfractive.


Certaines mutuelles santé vont définir le montant maximal de la prise en charge des dépenses d'optiques selon la base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS). Par exemple, le remboursement de base par la Sécurité sociale sur les montures de lunettes est de 2,84€ (si vous avez plus de 18 ans), toutefois 600% de 2,84€ ne représentent que 17,04€.


C'est pourquoi, il est parfois plus intéressant de souscrire une complémentaire santé qui rembourse au forfait. La prise en charge prend alors la forme d'un montant annuel fixe exprimé en euros, par exemple 50€ par monture et 150€ par verre. Ainsi, vous pourrez prévoir votre budget optique et répartir vos dépenses selon vos besoins.


Par exemple, l'assureur La Mutuelle Générale propose à ses assurés :


  • Une garantie « optique » pour monture et verres : 60% de prise en charge sur la base de remboursement de la Sécurité sociale + un forfait de 300€ tous les 2 ans
  • Une garantie « lentilles de contact » : 100% de prise en charge sur la base de remboursement de la Sécurité sociale + un forfait de 150€ par an
  • Une garantie « chirurgie » : un forfait de 800€ par an

Pour trouver l'offre la plus adaptée à vos besoins et à votre budget, n'hésitez pas à comparer les formules et les prix des différents assureurs avec le comparateur Hyperassur. Bien choisir son assurance santé , c'est être serein face aux dépenses d'optique et voir plus loin dans son budget !