Quel moyen de contraception choisir après 45 ans ?

Publié par le 21 juillet 2015

Entre 45 ans et 55 ans, une femme est en général entrée ou s'apprête à entrer dans la période de la ménopause. Cependant, il est nécessaire de conserver une contraception fiable car, tant que la ménopause n'est pas terminée, la fertilité de la femme n'est pas nulle. Il est donc utile et important de trouver un moyen de contraception adapté.

Quel moyen de contraception choisir après 45 ans ?

La pilule : la meilleure des solutions contraceptives passés les 45 ans ?

La pilule est le moyen de contraception le plus utilisé par les femmes, en France, même après l'âge de 45 ans. Cependant elle n'est pas le contraceptif le plus recommandé par les gynécologues et médecins spécialisés : ils attirent l'attention sur les risques d'infarctus, de thrombose veineuse ou d'AVC après 35 ans. Cela est d'autant plus préoccupant concernant les femmes en surpoids, ayant des antécédents familiaux de thrombose, de la tension artérielle élevée ou des migraines.

De plus, et à tout âge, il est formellement recommandé de ne pas mêler prise de pilule contraceptive et tabac. Les deux font effectivement très mauvais ménage et sont la cause de nombreux problèmes cardiaques.

Les recommandations ci-dessus concernent également l'ensemble des contraceptifs qui fonctionnent avec des hormones.

45 ans et plus : les autres alternatives contraceptives

De nombreuses femmes se tournent vers le stérilet, surtout si elles ont déjà eu des enfants, qu'elles ne souhaitent plus en avoir et qu'elles ont démarré leur état de ménopause. Il a l'avantage d'être placé sans nécessité d'hospitalisation et de ne devoir être remplacé que tous les trois à cinq ans.

Le stérilet hormonal reste une option car il présente moins d'effets secondaires que le stérilet au cuivre et permet même parfois la disparition totale des règles.

Enfin, certaines femmes font le choix de la contraception définitive, qui consiste à boucher les trompes de Fallope, soit par la ligature, soit par l'insertion d'implants. La première solution nécessite une hospitalisation de deux à trois jours et est efficace immédiatement après l'intervention, alors que la deuxième nécessite une mise en place de 24 heures mais ne garantira une protection contraceptive sûre qu'à partir de trois mois après la pause.