Nouvel étiquetage des aliments : un test peu concluant !

Publié par le 15 février 2017

Demandé par Marisol Touraine, un test comparatif entre quatre systèmes d'étiquetage a été mené sur une période de 10 semaines, le tout chapeauté par l'Anses. Les résultats publiés par l'Agence indiquent qu'il n'y a pas de pertinence avérée en faveur de la santé des Français. Une conclusion qui fait réagir l'association UFC-Que Choisir.

Nouvel étiquetage des aliments : un test peu concluant !

Quatre systèmes d'étiquetage viennent d'être testés, pour faire face aux résistances des industriels de l'agro-alimentaire. En ligne de mire : la décision édictée par le Haut Conseil de la santé publique, préconisant un nouvel étiquetage avec codification de 5 couleurs. Une mesure qui ne rencontre pas l'assentiment des industriels, arguant le fait que certains codes vont immédiatement stigmatiser des catégories d'aliments.
En effet, chaque couleur choisie, du vert au rouge, est censée illustrer la pertinence nutritionnelle de l'aliment par rapport au risque de maladie chronique comme le diabète ou l'obésité. Dans ses conclusions, l'Anses indique qu'en l'état actuel, il n'est pas démontré de pertinence nutritionnelle dans une perspective de santé publique des étiquetages examinés.


Cliquez ici pour comparer les assurances santé Pour l'UFC-Que Choisir, un tel argument n'est pas valable. L'enjeu étant de prévenir des affections de longue durée (avec diverses origines), il n'existe à l'heure actuelle aucune étude pouvant affirmer le lien entre les étiquetages et les diagnostics potentiels, du moins sur une base de longue durée.
L'association UFC-Que Choisir demande donc au gouvernement d'adopter une position rapide sur le modèle qui sera retenu. De même, cette étude présente d'autant plus un caractère polémique que des chercheurs ont pointé du doigt le manque d'indépendance et d'impartialité des membres du comité choisi, pour procéder à l'évaluation des étiquetages. Ceux-ci ont aussi vocation à rendre la lecture plus facile des quantités de lipides, glucides et vitamines par portion de 100 grammes.
A noter : en juin 2013, le gouvernement britannique a adopté le système des feux tricolores, en fonction du taux de calories, matières grasses, sel, sucre et acides gras saturés contenus dans le produit. Une mesure adoptée également par Coca-Cola depuis septembre 2015.