Pourquoi le bio séduit-il de plus en plus ?

Publié par le 13 mars 2017

L'année 2016 a été marquée par une hausse de 12 % des producteurs de produits bio, soit un total de 32 326 (source agencebio.org). Cette augmentation du nombre de producteurs bio confirme la tendance de 2015 (+9 %) également suivie par les transformateurs et les distributeurs. Pourquoi le bio séduit-il de plus en plus la chaîne alimentaire et que représente-t-il en France ?

Pourquoi le bio séduit-il de plus en plus ?

Les produits bio répondent à la demande des consommateurs inquiets de l'utilisation intensive des pesticides et engrais chimiques. La hausse notable constatée ces dernières années correspond pour sa part à un certain changement de mentalité des producteurs, ainsi que des maillons suivants que sont les transformateurs et les distributeurs.
Les nouveaux venus mettent en avant la valorisation de leurs produits dans le but de suivre la ligne initiée par les consommateurs. Les aides financières allouées à la conversion à l'agriculture bio pèsent leur poids dans cette orientation, mais sont d'autant moins un déclencheur que leur versement se fait parfois attendre.
Il s'agit donc d'une tendance de fond appelée à durer, ce qui ne peut que pousser plus de producteurs à se tourner vers l'agriculture biologique, y compris dans le domaine de l'élevage.

Cliquez ici pour comparer les assurances santé

Fin 2016, la part de marché des produits bio ne représente qu'un peu plus de 3 % du marché alimentaire total, mais en hausse moyenne annuelle de 10 % depuis 2013. La part de ces produits varie fortement suivant les secteurs avec par exemple 29 % pour les œufs, 6 % pour les fruits et légumes les plus consommés en France. À noter que plus de 76 % des produits bio proviennent de France et 12 % de l'UE.
Même encore fortement minoritaire, l'agriculture bio n'est donc plus une mode réservée à un très petit nombre de consommateurs avertis. Les jeunes générations privilégient ce type de produits, qu'il s'agisse des agriculteurs ou des consommateurs. Une agriculture bio majoritaire n'est pas pour demain, mais semble être lancée pour durer.