Prises de sang, analyses et examens en laboratoire : quels remboursements ?

Publié par le 17 mars 2016

Dans un parcours de soins, il est très courant de se voir prescrire des prises de sang ou des analyses médicales, pour permettre de poser ou affiner un diagnostic. Et il est souvent difficile de savoir comment vont être pris en charge les frais occasionnés par ses examens. On vous explique tout sur les remboursements par la Sécurité sociale et par votre mutuelle.

Prises de sang, analyses et examens en laboratoire : quels remboursements ?

Les différents taux de prise en charge par l'Assurance maladie

En premier lieu, il est important de retenir qu'une prise de sang ou toute autre analyse biologique ou médicale devra avoir fait l'objet d'une prescription médicale pour être prise en charge par l'assurance maladie. En clair, il vous faut l'ordonnance d'un médecin pour espérer un remboursement de vos prises de sang ou examens.

Si l'on doit ensuite prendre en compte une base de remboursement Sécurité sociale, variable en fonction de la nature de l'examen, on s'aperçoit en règle générale que les laboratoires pratiquent rarement de dépassement sur les montants définis. On constate ensuite que sur la base en question, le taux de remboursement peut varier selon les cas de 60 à 100 % :

  • Ainsi, les actes de biologie seront pris en charge à hauteur de 60 %.
  • Pour ceux qui sont considérés comme relevant de la cytopathologie ou de l'anatomie, le taux est de 70 %.
  • Lorsqu'il s'agit de prélèvements effectués par un médecin, un chirurgien-dentiste ou une sage- femme, on obtient un taux de 70 %.
  • Mais, pour un examen qui ne nécessite pas de geste médical ou infirmier, pratiqué par un directeur de laboratoire non médecin ou un auxiliaire, le taux de remboursement est de 60 %.
  • Dans certaines situations, on passe à un taux de 100 %. C'est le cas pour les examens de dépistage du VIH ou de l'hépatite C. En fait, ils sont gratuits.
  • Pour les femmes enceintes soumises à des examens réguliers, c'est également le cas à partir du début du 6e mois de grossesse. Entrent également dans cette catégorie les malades qui bénéficient de l'allocation longue maladie (ALD), pour les examens prescrits dans le cadre de l'affection concernée.

Pour les prises de sang pratiquées à domicile, une indemnité forfaitaire de déplacement de 2,5 € est prévue. Le remboursement par l'assurance maladie suppose cependant que le prescripteur ait indiqué de manière explicite la nécessité du déplacement à domicile, au regard par exemple de l'état de santé du malade. On peut, le cas échéant, envisager la prise en charge de frais qui pourraient être facturés - selon un barème défini - au titre d'indemnités kilométriques. On prend alors en compte des critères objectifs d'éloignement.

Pour en savoir plus sur les remboursements de la Sécurité sociale et notamment les démarches à effectuer

Comment intervient la mutuelle dans le remboursement des prises de sang et analyses médicales ?

En règle générale, lorsque l'examen concerné entre dans la catégorie de ceux pris en charge par l'assurance maladie, la plupart des mutuelles rembourse correctement les frais de laboratoire. Et on constate le plus souvent que la part complémentaire couvre à 100 % la facture présentée. De plus, si la mutuelle a opté pour une convention de tiers payant, l'assuré n'aura rien à débourser. Pour ce faire, l'assuré devra donc présenter sa carte vitale et sa carte de mutuelle porteuse de la mention LABO ou LARA.

Et pour les actes non remboursés par la Sécurité sociale ?

Certains examens de biologie médicale, même prescrits, ne font pas l'objet de remboursement par l'assurance maladie. On parle d'actes hors nomenclature. Il s'agit souvent d'examens qui réclament d'effectuer des recherches spécifiques sur le prélèvement pratiqué. Il est dans ce cas nécessaire de disposer d'une bonne mutuelle. Il s'agit de formules choisies par l'assuré parce qu'elles prévoient également de bons niveaux de prise en charge sur l'optique, les soins dentaires ou encore l'hospitalisation. Concrètement, on parle de contrat responsable avec un forfait annuel de remboursement pour ces analyses hors nomenclature, dont le montant variera selon la mutuelle.

Pour toutes les situations qui pourront donner lieu à un remboursement par une mutuelle, le préalable indispensable reste de disposer d'une ordonnance, y compris pour les examens qui n'entrent pas dans la nomenclature de l'assurance maladie. Si le choix d'une mutuelle doit être à la fois dicté par les besoins de l'assuré et le budget qu'il peut y consacrer, un bon moyen d'anticiper est de consulter son médecin pour prévoir les coûts que pourront générer les analyses médicales à réaliser.