Prolifération des bactéries dans les moyens de transport

Publié par le 29 mars 2017

Une étude publiée et commandée récemment par ZipJet met en avant les modes de transport où les bactéries sont le plus présentes. Les résultats des prélèvements effectués montrent un taux d'insalubrité important mais de façon différente dans les métropoles sondées. Ainsi, les voyageurs parisiens fréquemment exposés aux microbes du métro ne sont pourtant pas confrontés aux endroits les plus contaminés.

Prolifération des bactéries dans les moyens de transport

Tous les jours, les citadins parisiens, londoniens et berlinois ne voyagent pas seuls. De nombreuses bactéries provenant de matières fécales ou de la salive contaminent les moyens de transport couramment utilisés. L'entreprise de pressing ZipJet a commandé une étude afin de comparer la présence des familles de bactéries dans les principaux moyens de transport des capitales de la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne.
Les prélèvements ont été faits dans les gares, les métros, les taxis, bus et VTC à plusieurs moments de la journée. Les résultats publiés apportent quelques surprises, comme le fait qu'une moyenne de bactéries seulement est présente sur les sièges du métro.

Cliquez ici pour comparer les assurances santé

La plus grande densité de bactéries a été trouvée sur les sièges de taxi à Londres et à Berlin ainsi que dans les stations de métro à Paris (et pas n'importe lesquelles : uniquement des bactéries issues de matières fécales). Le bus apparaît comme être le moyen de transport le moins exposé, avec un taux jugé faible.
De manière générale, les analyses effectuées par le laboratoire scientifique Limbach Analytics GmbH Labor à Mannheim confirment que les trois capitales sont clairement insalubres. Pour éviter d'être contaminé par ces bactéries, il est très important de bien se laver les mains après chaque déplacement. De même, il est crucial de laver les vêtements au minimum une fois par semaine. Sans cela, la propagation des bactéries ne sera pas stoppée.