Question d'assuré : choisir entre nutritionniste et diététicien pour mes problèmes de surpoids

Publié par le 28 octobre 2016
Titre

Aurélie, 33 ans, Arles (13)

Bonjour, j'ai essayé plein de régimes mais aucun n'a fonctionné. Tout le monde me conseille de voir un nutritionniste mais j'ai un budget serré et j'ai peur d'être mal remboursée. J'ai entendu parler des diététiciens aussi, ce n'est pas la même chose ?

Titre

La réponse d'expert de HyperassurTitre

La Caisse Nationale de l'Assurance Maladie et l'INSERN viennent de publier un rapport inquiétant révélant que la moitié des adultes français seraient en situation de surpoids. Pire, 15 % d'entre eux atteindraient le stade de l'obésité, soit deux fois plus qu'il y a 20 ans.

L'obésité et le surpoids en général restent des problèmes de santé publique car les personnes concernées ont davantage de risques de développer des maladies cardio-vasculaires, des pathologies articulaires et respiratoires, du diabète ou encore des problèmes de peau.

Ce ne sont certainement pas les régimes des librairies et marchands de journaux qui détiennent la solution au problème. Et le sport de manière régulière ne peut inverser la tendance à lui seul. Il faut être prêt à demander une aide extérieure. Encore faut-il savoir à qui s'adresser et pourquoi ?

La première chose est d'être suffisamment lucide pour faire la différence entre kilos en trop et problème de surpoids. L'un relève davantage de l'esthétique mais peut causer un mal être, l'autre relève de la médecine et les risques sont réels.
Pour en savoir plus : 4 méthodes pour connaître son poids idéal


Si votre santé est menacée, c'est bien entendu vers la médecine qu'il faut vous tourner, un médecin nutritionniste en l'occurrence. Un nutritionniste est toujours un médecin, la plupart du temps il s'agit d'un généraliste avec une formation supplémentaire en nutrition.
Lui, ne cherchera pas à vous faire perdre du poids dans un but esthétique, son objectif sera de réduire ou de stabiliser votre poids de façon à soigner et/ou réduire les risques de troubles annexes.
En prescrivant des examens complémentaires, des analyses et des médicaments, il disposera d'une vision d'ensemble. Le médecin nutritionniste a également les compétences requises pour traiter les troubles alimentaires, l'anorexie par exemple ou plus simplement les allergies alimentaires.


Si au contraire, vous sentez qu'affiner votre corps vous permettrait d'être mieux dans votre tête, alors vous devez certainement consulter un diététicien. Lui aussi est un spécialiste de la nutrition, mais ce n'est pas un médecin. Ce qui ne l'empêche pas de pouvoir évoluer en milieu hospitalier, d'où cette confusion entre les deux professions.

Le diététicien, qui est malgré tout un professionnel de la santé, dispose plutôt d'un rôle de formateur en construisant un régime personnalisé qui prend en compte notamment le mode de vie et le métabolisme. Grâce à un suivi régulier qui peut s'apparenter à une forme de coaching, le diététicien accompagne ses patients vers un équilibre nutritionnel sans chercher coûte que coûte la perte de poids.

TitreLes conseils de Hyperassur

Vous l'aurez compris, en sa qualité de médecin, le nutritionniste ouvre droit à un remboursement. Si le nutritionniste est votre médecin traitant ou que sa consultation a été prescrite en respectant le parcours de soins coordonné, le remboursement de la sécurité sociale atteindra alors 70 % du tarif de convention, 23 € chez un généraliste ou 25 € chez un spécialiste.
Le reste à charge, les 30 % restants ou plus si le médecin pratique un dépassement d'honoraires c'est au patient de les assumer. S'il dispose d'une mutuelle, même bas de gamme, les 30 % restants lui seront remboursés. Pour les dépassements d'honoraires, il faudra vérifier que la complémentaire santé les prenne en charge et si oui à quelle hauteur.

Parce qu'il n'est pas médecin, une consultation chez un diététicien ne peut donner droit à un remboursement de la Sécurité sociale. En revanche, de plus en plus de mutuelles santé proposent des forfaits « diététique » qui accordent une somme annuelle ou se proposent de rembourser un nombre limité de consultations.