Question d’assuré : Comment choisir une mutuelle étudiante ?

Publié par le 16 septembre 2016
Titre

Paul, 44 ans, assuré santé, Mont-de-Marsan (40)

Ma fille rentre pour la première fois à l'université et je ne comprends pas bien le système de santé spécifique aux étudiants. Pouvez-vous m'expliquer la différence entre sécurité sociale étudiante et mutuelle étudiante ? Qui va la rembourser et comment ?

Titre

La réponse d'expert de HyperassurTitre

En effet, l'affiliation des étudiants n'est pas facile à appréhender facilement. Il faut comprendre trois choses au préalable :

  • Votre enfant dispose de sa propre Carte Vitale dès 16 ans (de son propre numéro de Sécurité Sociale aussi) mais il est encore affilié à votre caisse d'assurance maladie. C'est donc vous qui percevez ses remboursements.
  • Pour étudier dans l'enseignement supérieur, tout étudiant âgé de 16 ans à 28 ans doit s'affilier à la sécurité sociale étudiante. Ce rattachement se fait en même temps que l'inscription dans son établissement (université, IUT, BTS, école spécialisée). Il perçoit désormais ses propres remboursements.
  • Sécurité sociale étudiante et mutuelle étudiante ne font qu'un. Il s'agit d'une erreur de langage mais on désigne en réalité le régime obligatoire des étudiants par le terme « mutuelle étudiante », or il n'y a pas de différence. Il convient donc de distinguer la mutuelle étudiante qui est obligatoire et une complémentaire santé étudiante qui, elle, est facultative.

Vous l'aurez compris, les étudiants doivent obligatoirement s'affilier à la mutuelle étudiante pour poursuivre leurs cursus dans l'enseignement secondaire. Ce rattachement prend la forme d'une adhésion annuelle (valable pour l'année scolaire) et payante : 215 € pour la rentrée 2016, à régler en même temps que les frais de scolarité.

L'étudiant a alors le choix d'adhérer à un organisme national type LMDE ou régional, tous étant habilités à gérer les frais de santé des étudiants et leurs prestations sont équivalentes à celle de la Sécurité Sociale.
Autrement dit, quand l'étudiant consulte un praticien (médecin, dentiste, ophtalmo, spécialistes, hospitalisation…), l'acte lui sera remboursé de la même manière et suivant le même barème que le régime traditionnel des parents.
En prenant l'exemple d'une consultation à 23 € chez un généraliste, l'étudiant sera remboursé à 70 %, soit 16,10 € (moins 1 € de participation forfaitaire). Cela veut donc dire que l'étudiant doit assumer seul les 6,90 € de reste à charge.

TitreLa complémentaire santé des étudiants

Nous venons de le voir, la sécurité sociale étudiante obligatoire, désignée à tort comme mutuelle étudiante, laisse un reste à charge important pour l'assuré. C'est là qu'intervient une complémentaire étudiante dont l'adhésion est rappelons-le facultative.
Pour se procurer une complémentaire, l'étudiant dispose alors de trois pistes :

  • souscrire à titre individuel à l'organisme de son choix. Les assureurs spécialisés proposent de nombreuses formules à bas prix adaptées aux étudiants.
  • rester affilié à la complémentaire (individuelle ou d'entreprise) de ses parents. De nombreux organismes proposent la couverture des enfants pendant toute leur scolarité.
  • souscrire à la complémentaire proposée par la mutuelle étudiante obligatoire qu'il a choisie. En effet, la plupart des mutuelles étudiantes proposent ce service en supplément.