Pilule contraceptive de 3ème génération : seuls quelques praticiens pourront la prescrire

Publié par le 3 janvier 2013

Le directeur de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a annoncé le Mardi 1er janvier 2013 que désormais, seuls certains praticiens auront la possibilité de prescrire des pilules contraceptives de 3ème génération.

Pilule contraceptive de 3ème génération : seuls quelques praticiens pourront la prescrire

Pilule contraceptive à l'origine d'AVC

Marion Larat, 25 ans, a été victime d'un accident vasculaire cérébral qui l'a laissé handicapée à 65%. Elle accuse sa pilule contraceptive d'être à l'origine de cet accident. C'est suite à cette plainte que Dominique Maraninchi, directeur de l'ANSM décide de limiter la consommation des pilules contraceptives de 3ème et 4ème génération. D'après l'avocat de la victime, 30 autres plaintes de femmes s'estimant victimes de leur pilule de contraception devraient être posés durant le mois de janvier.

Emploi excessif des pilules de 3ème génération

Aujourd'hui, ce sont entre 1,5 et 2 millions de femmes qui utilisent des pilules de 3ème et 4ème générations. Cette consommation est jugée excessive par les professionnels de la santé, et l'ANSM a déjà songé à organiser plusieurs réunions avec des représentants d'organisations professionnelles. La question de la délivrance de ces pilules sera posée, et devraient être prochainement réservée à des spécialistes. Ils auront alors la possibilité de prescrire les pilules de 3ème génération uniquement aux patients rencontrant des problèmes ou ayant une contre-indication aux pilules de première et deuxième génération. Ainsi, la pilule de 3ème génération ne pourra plus être prescrite comme première pilule par les médecins.

Pour rappel : Actuellement, la plupart des pilules contraceptives sont remboursées à hauteur de 65% par la Sécurité Sociale. Cependant, plus d'une trentaine ne sont pas remboursées, et les pilules de 3ème génération seront bientôt déremboursées du fait d'un service médical rendu insuffisant. Il faudrait vous prémunir d'une bonne complémentaire santé pour ne pas avoir à charge la totalité des vos frais de contraception.