Réseaux de soins mutualistes, un sujet qui fait débat

Publié par le 21 novembre 2012

Dernièrement, les médecins libéraux ont exprimé leur mécontentement face au projet de loi visant à « autoriser les mutuelles à améliorer les remboursements de leurs adhérents dans le cadre de réseaux de soins ». Ce projet de loi devant être présenté devant l'assemblée nationale prochainement, il est temps de recevoir quelques explications à ce sujet.

Réseaux de soins mutualistes, un sujet qui fait débat

Un budget santé allégé grâce aux réseaux de soins

C'est la Mutualité Française qui prend les devants en publiant un article le 14 Novembre dernier, répondant aux diverses questions que l'on peut se poser sur ces réseaux de soins. Ce que nous pouvons en retenir, c'est que ces réseaux de soins conventionnés devraient faire réaliser des économies aux patients. Le principe est simple : un patient sera dirigé vers un professionnel de la santé agréé par sa mutuelle (un accord aura été passé entre les deux au préalable), et celui-ci devrait pouvoir bénéficier de tarifs avantageux, réduisant au passage la part du montant total à sa charge. En exemple, la Mutualité Française explique que « pour un équipement d'optique (verres correcteurs et montures), qui coûte 500 euros, un adhérent qui se rend chez un opticien de son choix en est de 161,49 euros de sa poche, contre 112,56 euros en moyenne seulement chez un professionnel conventionné par sa mutuelle. »

Les mutuelles priveraient leur patient de liberté de choix de médecin ?

Le Vendredi 16 Novembre, la CSMF (confédération des syndicats médicaux français) a déclaré s'opposer à ce projet de loi et à la création de réseaux de soins conventionnés. Le « conventionnement individuel des médecins libéraux par les mutuelles à des fins tarifaires » poserait en effet problème au syndicat principal de la médecine libérale. Le fait que des médecins négocient et se lient avec des mutuelles ne devrait pas influencer le patient dans le choix de son praticien d'après la Mutualité Française. La CSMF ne partage pas cet avis, puisqu'un patient ne choisissant pas un médecin appartenant au réseau de soin agréé de sa mutuelle se verra moins bien remboursé par cette dernière que s'il passait par un médecin de son réseau. Le syndicat considère ainsi que la liberté de choix de médecin du patient est bafouée.