Tiers payant contre médicament générique : une réussite pour 2012

Publié par le 9 janvier 2013

Un accord avait été signé en mai dernier entre pharmaciens et Assurance Maladie, renforçant la politique du tiers payant contre générique (TPCG). L'objectif de 85% de taux de substitution à fin 2012 a presque été atteint.

Tiers payant contre médicament générique : une réussite pour 2012

Tiers payant contre générique : un accord efficace

Au 26 décembre 2012, le taux de substitution s'élevait à 83,9%, non loin de l'objectif fixé à 85% lors de la signature de l'accord. Début 2012, le taux stagnait à 71% : un bon de 12,9 points qui montre l'efficacité des mesures mises en place, et qui a permis une économie de 200 millions d'euros pour l'Assurance Maladie. Désormais, les patients réticents à prendre des médicaments génériques devront faire l'avance des frais pour leurs médicaments et ne seront remboursés que sur la valeur du générique ou du TFR (tarif forfaitaire de responsabilité).
Le taux de substitution a grimpé différemment selon les régions. Il est monté à 82,2% à Paris (+19,84 points), à 88,2% dans les Hauts-de-Seine (+19,83 points), à 84,9% dans les Bouches-du-Rhône (+19,47 points) et à 87,8% dans les Alpes-Maritimes qui enregistre la plus grande hausse (+20,28 points). La Loire-Atlantique figure en tête du classement des régions avec un taux de substitution qui atteint 90,3%. La Corse-du-Sud est quant à elle la bête noire, avec un taux de 75,6%.

Médicaments génériques : les Français plus méfiants

Il n'en reste pas moins que l'Assurance maladie a remarqué une défiance accrue des Français vis-à-vis des génériques, obligeant l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) et l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) à publier en décembre dernier un rapport expliquant la non dangerosité des génériques. Ils insistent notamment sur les résultats cliniques et les effets secondaires qui sont identiques entre les médicaments princeps et leurs génériques.