Les réseaux sociaux au service de la santé

Publié par le 6 février 2014

Les réseaux sociaux font aujourd'hui partie intégrante des moyens de communication quotidien de millions d'utilisateurs. Ces plateformes d'échanges sont des mines de renseignements inestimables sur de nombreux aspects de la vie de ces internautes. Des scientifiques sont en train de développer des outils pour détecter les informations utiles à la santé nationale sur ces interfaces. C'est le domaine de l'épidémiologie 2.0.

Les réseaux sociaux au service de la santé

Utiliser les réseaux pour repérer les épidémies

Les informations publiées publiquement sur les sites de médias sociaux Twitter ou Facebook associées aux données de géolocalisation de ces utilisateurs offrent des données très intéressantes pour contrôler l'origine et l'ampleur d'une épidémie. Les outils développés par les équipes scientifiques sont d'une relative simplicité. Ils sont chargés de relever toutes les occurrences de certains mots clés comme « gastro », « grippe », rhume » et de les associer à leur coordonnées géographiques et temporels. Cependant, ce système n'est pas très fiable et en 2013, certains algorithmes Google avaient surestimé la gravité de l'épidémie de grippe dans certains états des États Unis.

Le Crowdsourcing a la française

La solution française pour obtenir des données sur la santé de ses habitants d'une manière beaucoup plus fiable est la création d'un réseau gouvernemental dédié. Lancé en 2011 par l'équipe du réseau Sentinelle, le site internet grippenet.fr invite les volontaires à renseigner leur profil et répondre à des questions chaque semaine sur leur état de santé et leurs symptômes. Le site n'est pas très fréquenté mais il vise à compléter les informations collectées de manière traditionnelle auprès des médecins.