Santé : les maladies infectieuses augmentent avec la disparition des espèces

Publié par le 8 décembre 2010 Santé : les maladies infectieuses augmentent avec la disparition des espèces

La disparition de nombreuses espèces de mammifères et bactéries aurait pour conséquence l'augmentation des maladies infectieuses, ce qui se répercuterait inévitablement sur notre santé.

C'est ce que montrent les recherches d'une équipe du College Bard à New York, parues récemment dans la prestigieuse revue scientifique Nature.

Disparition des opossums et maladie de Lyme

En effet, de nombreuses espèces de mammifères et de bactéries sont ce que l'on appelle des espèces-tampons. Ces dernières contribuent à freiner la propagation d'une maladie, comme l'est l'opossum pour la maladie de Lyme, une maladie bactérienne transmise par les piqûres de tiques.

Aux États-Unis, la tique se nourrit du sang de la souris à pattes blanches ou de l'opossum. La souris est souvent porteuse de la bactérie, alors que l'opossum n'est que peu fréquemment infecté.
Si l'opossum, espèce tampon, est présent en grande quantité, les tiques se nourriront préférentiellement sur cet animal et ne contracteront que rarement la bactérie.

Mais la disparition des opossums liée à la destruction des forêts mène les tiques à se nourrir sur les souris à pattes blanches, à s'infecter et à transmettre davantage la maladie de Lyme à l'homme.

Plus que jamais, l'heure est donc à la préservation des espèces. Il en va du maintien de la biodiversité et de notre santé à tous.

Photo ci-dessus : jeune opossum