Santé : notre smartphone pourrait remplacer le stéthoscope

Publié par le 8 septembre 2015

Avec un marché estimé à près de 30 milliards de dollars d'ici deux ans, la m-santé ou santé mobile connaît un développement irrésistible, au point d'envisager une véritable révolution du monde médical. Mais alors comment le téléphone peut-il devenir l'intermédiaire indispensable entre le patient et son médecin ? Premiers éléments de réponse. 

Santé : notre smartphone pourrait remplacer le stéthoscope

De coachs en bien-être, les applis vont devenir des assistants médicaux

Comme dans toute révolution annoncée, il y a une part d'inconnu. Mais le fait qu'on comptait à fin 2014 plus de 100 000 applications mobiles dédiées à la santé donne un petit indice quant au potentiel du secteur et surtout des attentes du public.
Si pour le moment les applications dites de santé font la part belle au bien-être avec plus ou moins d'utilité, à court terme elles pourraient en majorité glisser vers « l'assistance médicale ».
L'objectif n'est pas de remplacer les médecins mais bien de faire du smartphone un maillon du parcours de soins. Cela pourrait commencer par une série de tests pratiqués à la maison au moyen d'outils de mesure connectés. Le médecin recevrait donc à l'avance une partie des constantes du patient et ainsi orienterait son diagnostic ou ses prescriptions. Grâce à ces technologies, on imagine assez bien comment désengorger les hôpitaux et notamment les urgences des « petits bobos » qui peuvent attendre, voire des malades imaginaires.

Patients, médecins, sécurité sociale, tout le monde y gagnerait

Vous pensez que tout cela tient encore de la science-fiction ? En réalité les premières expériences sont déjà menées, les malades du diabète notamment son en première ligne.
Grâce à une application spécifique et un système connecté de mesure de glycémie, ils peuvent suivre très précisément leurs résultats et leur médecin aussi. Ce dernier peut alors
adapter en temps réel le traitement ou alors déclencher un rendez-vous s'il y a urgence.

Cette santé sur mobile fait donc économiser du temps au bénéfice du médecin et du patient, améliore le suivi du patient et permet bien entendu de réaliser une économie financière importante.
Des cabinets spécialisés prédisent qu'avec une généralisation de ces technologies les économies réalisées pourraient atteindre les 100 milliards d'euros en deux ans rien que dans l'Union Européenne.

Pour en savoir plus sur les mécanismes de remboursement des soins : dossier santé

Une mise en place difficile ? 

La m-santé serait-elle le remède au trou de la Sécu qui frôle les 20 milliards d'euros? Possible, à condition de faire tomber de nombreuses barrières. Car si les évolutions techniques peuvent être très rapides, les enjeux économiques, réglementaires et structurels ne s'adapteront peut-être pas aussi vite.
Il se pourrait qu'il faille repenser tout ou du moins une bonne partie du système de santé, et tous les acteurs de cette chaîne ont-ils intérêt à favoriser la mise en place de la santé mobile ?
Enfin,
qu'en est-il de la sécurité des données ? Toutes ces applications offriront-elles un niveau de sécurité suffisant à notre dossier médical ? Une affaire à suivre de très près donc…