Travailleur non salarié : quelle mutuelle choisir ?

Publié par le 17 juillet 2015

De plus en plus de personnes font le choix de se lancer à leur compte et de créer leur propre activité. Qu'ils soient artisans, commerçants, auto-entrepreneurs ou professions libérales, ces travailleurs ne sont plus salariés et ont pourtant besoin d'une mutuelle santé. De plus, il est très important que cette assurance santé soit adaptée à leurs besoins spécifiques. Voici nos conseils autour de la mutuelle santé, pour les travailleurs non-salariés, autrement appelés TNS.

Travailleur non salarié : quelle mutuelle choisir ?

Mutuelle des TNS : la loi Madelin

Vous ne le saviez peut-être pas encore, mais la loi Madelin, votée le 11 février 1994, permet à chaque travailleur indépendant de prendre une complémentaire santé dans des conditions favorables. En effet, il leur est possible de déduire le montant de leurs cotisations mutuelles de leurs impôts.

Cependant, il est possible que ce point très positif ne soit plus d'actualité dans très peu de temps car certains avantages proposés, notamment aux professions libérales concernant l'imposition, sont en ce moment même remis en question.

Opter pour une mutuelle adaptée aux travailleurs indépendants

Il vous est vivement recommandé de revoir votre contrat de mutuelle dès que vous passez du statut de salarié à celui d'indépendant, afin de profiter de la meilleure couverture possible. De plus, il se peut que vos conditions de travail changent du tout au tout et que vous ayez besoin d'adapter votre contrat et de déclarer de nouveaux risques. En général, les adaptations se font autour du rythme et des horaires de travail, de l'accompagnement psychologique et éventuellement d'une adaptation des risques d'accident du travail.

Il existe de nombreuses mutuelles spécialisées dans l'accompagnement des travailleurs non-salariés. Ces dernières proposent en général des contrats bien plus cohérents et avantageux que leurs comparses. Il vous faudra prêter une attention toute particulière à la couverture des frais d'optique, si vous avez des problèmes de vue.

De plus, en cas d'arrêt maladie ou d'invalidité, n'hésitez pas à demander à la mutuelle qui vous intéresse comment se passent exactement les remboursements et sur quels critères ils sont établis. Il se peut que votre statut ne vous impose pas de vous verser un salaire régulier, particulièrement si vous êtes auto-entrepreneur ou en profession libérale. Dans ce cas, soyez vigilants et cherchez, avant de signer, à comprendre de quelle manière la complémentaire santé va calculer vos indemnités en cas d'arrêt maladie et si cela vous convient.