Hyperassur : notre sondage sur la place des animaux dans la société

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

En majorité, les personnes interrogées * possèdent un chat (62,5%) ou un chien (58%). Les nouveaux animaux de compagnie sont aussi représentés (16,9%). La moitié de vos compagnons ont été achetés chez un particulier (50,7%) ou bien chez un éleveur (23,5%).

Adopter un animal, cela représente des contraintes pour 36% des propriétaires et 40% des non-propriétaires. De plus, pour 30,8% des propriétaires et 37,5% des non-propriétaires, il faut du temps pour s’en occuper.
Parmi les propriétaires d’animaux de compagnie, 50,7% d’entre eux sont attachés à leur petite bête presque comme à un enfant. Ils sont même 36,7% à partager leur chambre avec eux.

Cependant, on souligne que 37,50 % des gens qui n’ont pas d’animaux pensent qu’il est anormal de dormir avec son animal et 40 % d’entre eux pensent que cela est exagéré de s’attacher à son animal comme à un enfant, même s’ils le comprennent.

Parmi les non-propriétaires interrogés, 22,5% ne voient aucun intérêt à posséder un animal. Pourtant, pour beaucoup de propriétaires, l’intérêt d’avoir un animal de compagnie permet de donner et recevoir de l’affection (52,2%) ou bien c’est une passion (49,2%). Ils sont 50,7 % à posséder un seul animal, quand certains en ont jusqu’à 5 ou plus (19,1%).

Suite au débat parlementaire autour du statut des animaux, 89,7% des non-propriétaires (et 92,6% des propriétaires) s’accordent à dire qu’ils méritent le statut d’«être sensible». Ils sont presque autant à confirmer qu’un animal ne doit pas être considéré comme un cadeau ou un objet (72 % des non propriétaires et 89,71 % des propriétaires).

90 % des propriétaires dépensent moins de 1000 € à l’année pour leur animal

Des animaux de compagnie qui ne sont pas toujours les bienvenues pour les personnes qui n’en possèdent pas, notamment au restaurant (41%). Les personnes interrogées estiment d’ailleurs que chaque propriétaire devrait suivre une formation (76,9%). Pourtant, les propriétaires d’animaux font appel à un dresseur principalement pour améliorer le comportement de leur compagnon (70,5%).
Les non propriétaires (46,1%) et les propriétaires d’animaux (54,4%) estiment que la détention d’animaux sauvages devrait être carrément interdite puisque leur place est dans la nature.

Parmi les propriétaires, ils sont 87% à dépenser moins de 1 000 € par an pour leur animal, tandis que les non propriétaires seraient 94,9 %. Un budget auquel les propriétaires ajoutent un budget santé (36,5% dépensent en moyenne 100 €), un budget nourriture (46,2 % à dépenser plus de 200 €) et un budget accessoires (54,4 % à dépenser en moyenne 50 €).
En cas d’amende pour déjections sur la voie publique, ils sont 55,8 % à estimer qu’elle devrait rester telle quelle (soit 38 €). Alors que les personnes qui ne possèdent pas d’animaux souhaitent l’augmenter (51,8%). Pour remédier à ce problème, ils sont 43,5 % (non propriétaire) et 68,3% (propriétaire) à souhaiter des espaces dédiés.

*Sondage réalisé auprès de 2.800 répondants à partir de la base de contacts du groupe Comparadise.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous