En 6 ans, la mortalité des cyclistes a augmenté de 8%

Publié par , le . Temps de lecture : 3 minutes.

Alors que le nombre de décès sur la route stagne en comparaison à l’an dernier, le nombre de cyclistes tués, pour sa part, est en constante augmentation. Les mauvais comportements des automobilistes sont pointés du doigt, parfois filmés et dévoilés sur les réseaux sociaux. La communauté des cyclistes dénonce des situations et appellent à réagir.


Une hausse rapide en seulement 6 ans

En 2016, plus de 159 cyclistes sont décédés, ce qui représente une hausse de 8% par rapport à 2010 (en 2015 : 151 personnes décédées alors qu’ils roulaient à vélo). Selon la prévention routière, ce sont également plus de 5000 blessés à déplorer chaque année. Se sentant souvent de trop sur la chaussée, les cyclistes se manifestent afin de faire valoir leurs attentes. Une situation critique alors que le nombre de mots sur les routes a stagné au mois de mai 2017, avec 18 personnes tuées en moins en comparaison à l’année précédente.

Pourtant, malgré cette légère baisse, les comportements des usagers de la route s’aggravent de plus en plus. De façon générale, l’agressivité des conducteurs face aux cyclistes augmente, avec des excès de vitesse, une hausse des accidents et des délits de fuite. Autant de problèmes qui pénalisent les usagers vulnérables. Pour autant, il n’existe pas une guerre ouverte entre les deux familles d’usagers, comme le laisseraient entendre certaines vidéos qui font le tour du net. Plusieurs militants traquent en effet les mauvais comportements des automobilistes, mettant en évidence une vision plutôt tronquée de la réalité.

Près de 5000 cyclistes sont blessés chaque année

La prévention devient le cheval de bataille des cyclistes et professionnels du secteur du cyclisme, qui ont lancé plusieurs actions et rassemblements pour se faire entendre, avec des manifestations placées sous le slogan : Mon vélo est une vie. Ils tiennent ainsi à rappeler la vulnérabilité des cyclistes qui, malgré le port du casque (obligatoire seulement jusqu’à 12 ans !), présentent une sécurité totalement déséquilibrée en comparaison avec les automobilistes.
 


 

Fragiles aussi, les enfants de moins de dix ans qui sont victimes d’accidents de la route. La cause ? Ils ne sont pas assez bien attachés dans leur siège. D’après une enquête récemment sortie et réalisée par la Prévention routière et Bébé confort, il apparaît que près de 58 % des sièges bébés sont mal attachés. Or, les nourrissons restent les plus vulnérables lors d’accident. Des modèles très différents et compliqués à utiliser en sont la cause. La Prévention routière tient à mettre en place une sensibilisation obligatoire des parents à la sécurité routière. De même, une baisse de la TVA sur les sièges neufs est envisagée, afin d’encourager les jeunes parents à prendre un modèle récent plutôt que d’utiliser des sièges d’occasion.

Comment est indemnisé le cycliste en cas d’accident ?

Si un cycliste est victime d’un accident impliquant une voiture, un camion ou un deux-roues à moteur, il sera indemnisé par l’assurance auto du véhicule qui lui a causé des dommages corporels.
Les dégâts matériels que le vélo aura subi pourront également être indemnisé si le cycliste n’a pas commis de faute de circulation.
Dans tous les cas, si le cycliste a fait preuve d’imprudence sur la route, la responsabilité civile de son contrat d’assurance habitation prendra le relai pour les démarches d’indemnisation sauf en cas de faute inexcusable comme cela est défini par la Fédération Française des Assurances :

La faute inexcusable est définie comme « une faute volontaire d’une exceptionnelle gravité exposant sans raison valable son auteur à un danger dont il aurait dû avoir conscience ». En pratique, elle est très rarement opposée au cycliste accidenté.

Par ailleurs, la faute inexcusable n’est pas opposable aux victimes âgées de moins de 16 ans, de plus de 70 ans ou titulaires, au moment de l’accident, d’un titre d’invalidité au moins égal à 80 %.

Olivier c’est un peu le « Monsieur technique » de la rédaction. Tous les objets roulants (les non roulants aussi !) n’ont aucun secret pour lui. Quand il s’agit d’expliquer pourquoi un contrat ou une garantie convient le mieux à tel ou tel véhicule, c’est à lui qu’on fait appel. Il est aussi une référence de la protection de votre habitation.

Suivez-nous