Apple prépare-t-il sa première voiture autonome ?

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

Peu de temps avant sa mort, Steve Jobs aurait regretté de n’avoir pu créer une « Apple Car ». Pourtant, depuis l’apparition d’une photo montrant un mini-van surmonté d’électronique et loué par Apple, les rumeurs les plus folles animent la toile. Alors qu’en est-il réellement ? Et comment une assurance auto peut-elle intervenir dans un cas comme celui-ci ? Hyperassur répond.


Apple sur un marché en plein essor : la voiture électrique

Selon l’agence américaine « Bloomberg », Apple investirait massivement dans le but de lancer un véhicule futuriste d’ici 2020. Intitulé « Titan », ce projet devra se faire une place dans un secteur où Tesla (voitures électriques) et Google sont de sérieux concurrents. Une « Google Car » qui possède une longueur d’avance et qui affole déjà le monde des voitures autonomes.

Avec une trésorerie estimée à 180 milliards de dollars, Apple a des moyens suffisants pour rattraper son retard. Alors qu’elle ne dispose pas d’un grand savoir-faire automobile, la firme peut apporter ses connaissances en matière de connectivité (systèmes électroniques et divertissements) afin de moderniser des véhicules connectés.

Une guerre entre milliardaires non spécialistes de l’automobile

La force économique d’Apple lui permet de financer ses domaines de recherche et développement. Selon le Wall Street Journal, le groupe fondé par Steve Jobs a effectivement recruté une équipe de 200 personnes, dont des experts des technologies liées aux batteries électriques et à la robotique.

L’entreprise « A123 Systems » spécialisée dans les technologies de stockage d’énergie pour les voitures électriques a d’ailleurs récemment évoqué les efforts d’Apple pour débaucher ses équipes, à coups de bonus de 220 000 euros et d’augmentations salariales de 60%. Alors que la législation autour de la circulation des voitures autonomes évolue, certains grands constructeurs (Audi, BMW, Mercedes-Benz ou Valeo) n’hésitent plus à faire rouler leurs modèles sur circuits fermés.
Mais certains états ont donné leur accord pour que des tests soient effectués sur routes ouvertes.

Des coûts de production et de développement élevés (environ 60 000€ pour une Google Car), qui n’ont pas l’air d’effrayer le géant de l’informatique dans son projet de voiture autonome.

Mais qu’en est-il de l’assurance auto ?

Sachez que vous pouvez tout à fait assurer une voiture électrique neuve, elle bénéficiera d’ailleurs des mêmes types de contrats auto qu’une voiture classique :

Toutefois malgré une tendance en plein essor, les assureurs ne proposent pas encore de contrats spécifiques pour ces véhicules électriques. Alors pour favoriser cette démarche et valoriser un tel investissement, certaines compagnies d’assurance pratiquent des tarifs préférentiels.
En cause ? Des risques limités et une protection de l’environnement.

En ce qui concerne les véhicules autonomes, les compagnies d’assurances devront prévoir des contrats d' »assurance voiture autonome » adaptés à ce type de véhicule autant au niveau de la responsabilité que de la technologie.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous