Assurance auto connectée : 48,2% des automobilistes sont prêts à installer le boîtier

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

Notre étude sur les automobilistes et l’assurance en France, basée sur 26 000 personnes, nous a permis de savoir si les français étaient prêts à sauter le pas de l’assurance auto connectée. Découvrez les chiffres obtenus par Hyperassur sur l’assurance « Pay How You Drive ».


Le principe du « Pay How You Drive »

Connexion internet à bord, possibilité de piloter des applis depuis le système multimédia embarqué, commande des fonctionnalités de la voiture depuis son smartphone … l’automobile connectée est désormais une réalité. La dernière nouveauté en date touche cette fois l’assurance, avec le « Pay How You drive » (ou « payer selon votre conduite »), un modèle qui rencontre un certain succès Outre-Manche et Outre-Atlantique.

Cela consiste à installer un boîtier électronique dans la voiture de l’assuré, permettant d’analyser plusieurs paramètres :

  • Le nombre de kilomètres parcourus
  • La fréquence et la période d’utilisation
  • La force appliquée aux freinages et accélérations
  • La manière de prendre les virages

De par sa nature, l’assurance connectée s’adresse avant tout aux petits rouleurs et aux jeunes conducteurs, ces derniers étant une population à risque que le système invite à rouler prudemment.
Ces paramètres de conduite sont ensuite récoltés pour attribuer une note à l’automobiliste. S’il est considéré comme un conducteur prudent, il peut alors bénéficier d’une remise mensuelle de 30% à 50% sur sa prime d’assurance auto.

  • L’assurance connectée intervient en option des contrats classiques, aussi bien avec une formule au tiers ou une formule tous risques. Les assurés qui font le choix de cette couverture peuvent suivre leur conduite depuis une appli dédiée et éventuellement l’améliorer.

Un concept qui ne fait pas l’unanimité

En 2014, Hyperassur avait déjà interrogé ses utilisateurs à ce propos.

  • Pour 45% des répondants, cela permettait d’améliorer la sécurité des usagers de la route avec un effet dissuasif sur les comportements à risques.
  • Pour 17%, c’était un moyen de régler de nombreux sinistres grâce aux données enregistrées et baisser le prix des cotisations d’assurance.
  • Pour 38%, cela représentait avant tout un nouveau moyen de limiter encore la liberté des automobilistes en les surveillant.

Aujourd’hui, l’assurance auto en « pay how you drive » est considérée par les assureurs comme un produit de prévention et d’assistance à la conduite sécurisée. En effet, ce procédé peut permettre à l’automobiliste de gagner de l’argent grâce à des récompenses, plutôt que d’en perdre à cause de punitions : c’est une nouvelle manière de voir l’assurance auto, plus positive et encourageante que le « tout répressif ».

Les assureurs ne prévoient d’ailleurs aucune pénalité financière pour les mauvais conducteurs, et les données enregistrées ne pourront pas servir de motif à une résiliation, voire à une verbalisation.
Pourtant aux USA, des contraventions sont déjà dressées sur la base des données collectées, et des assurés ont été exclus de leur compagnie pour « conduite dangereuse ». Rien ne dit que ce ne sera pas le cas un jour en France, d’autant plus qu’il a été question récemment que les assureurs donnent un accès à leurs fichiers pour vérifier que les automobilistes pris en excès de vitesse soient bien assurés.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous