Bonus-malus auto 2013 : frein pour l’automobile française

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Un nouveau bonus/malus écologique pénalisant en 2013

2012 n’a pas été florissante pour le marché des véhicules neufs en France, et le nouveau barème mis en place par le gouvernement depuis le premier janvier 2013 ne devrait pas arranger les choses. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif voulait soutenir la filière automobile française grâce à ce dispositif, et c’est l’effet inverse qui devrait se produire. La mesure qui a pour objectif de favoriser l’achat de voitures neuves peu polluantes au détriment des modèles plus polluants propulse malgré elle dans le collimateur certaines voitures françaises. Parmi elles, le Grand Scénic de Renault, la break C5 de Citroën et la 5008 de Peugeot : au 1er janvier 2013, leur surcout est passé de 750 à 1 500 euros ! Difficile de trouver preneur quand le malus appliqué s’élève au-delà des 1 000 euros.

Laurent Meillaud, consultant automobile explique que ce malus 2013 concernera à peu près 1 français sur 5 pour les voitures produites en France. Il s’attend à un effet négatif du nouveau barème  sur voiture électrique, et une baisse des ventes sur les modèles à fort malus, l’Etat se retrouvera également déficitaire à cause de ce dispositif. Arnaud Montebourg refuse pour autant de voir la réalité en face et croit en son projet. Son objectif premier rappelons-le est de limiter le nombre de véhicules polluants en circulation.

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous