Une augmentation de 30 % en cinq ans, soit entre 600 000 et 700 000 conducteurs sans permis et autant sans assurance rouleraient tous les jours en France. Ces chiffres ne sont que des estimations mais inquiètent la Sécurité routière au point de lancer une nouvelle campagne de sensibilisation.

Les chiffres inquiétants de la conduite sans permis / sans assurance

Si le nombre de tués sur les routes reste stable, 3473 décès sur l’année écoulée, il est encore trop élevé et très en deçà de l’objectif fixé par le précédent gouvernement (moins de 2000 morts par an en 2020). Si l’alcoolémie et la vitesse reste les premières causes de mortalité sur les routes de l’Hexagone, l’Observatoire National de la Sécurité Routière s’inquiète de la hausse du nombre d’accidents impliquant des conducteurs sans permis et ou sans assurance. Ces derniers représenteraient 2 % des usagers mais seraient responsables d’un accident grave sur dix. On attribue notamment 241 décès l’an dernier à des accidents impliquant un automobiliste sans permis et 235 tués à des accidents impliquant un automobiliste non assuré.

Conduite sans permis et ou sans assurance : quels sont les risques ?

La nouvelle campagne de la Sécurité routière ne fait pas usage d’images choquantes cette fois en se plaçant du côté des victimes, mais se positionne du côté des responsables en leur listant les vrais risques de leur conduite.Conduire sans permis, c’est un délit et le responsable risque :
  • un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende (2 ans de prison et 30 000 € en cas de récidive)
  • une immobilisation du véhicule et une mise en fourrière
  • un refus d’indemnisation de l’assurance pour les dommages matériels et corporels subis par le conducteur
  • une résiliation du contrat d’assurance
  • les victimes seront indemnisées par l’assurance mais cette dernière pourra demander au responsable de rembourser les sommes et il pourra être poursuivi pénalement par les victimes
Conduire sans assurance, c’est un délit et le responsable risque :
  • 3750 € d’amende (7 500 € en cas de récidive), une suspension ou une annulation du permis, une interdiction temporaire de repasser le permis
  • une immobilisation du véhicule, voire une confiscation
  • aucune indemnisation des dommages matériels et corporels subis par le conducteur
  • les victimes seront indemnisées par le FGAO (fonds de garantie des assurances obligatoires) mais ce dernier pourra demander au responsable de rembourser les sommes et il pourra être poursuivi pénalement par les victimes
image : sécurité routière