Français au volant : moins responsables qu’ils le prétendent

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Sur les 2 406 Français interrogés, plusieurs éléments indiquent qu’ils ne sont pas fatalistes. Pour 58 % d’entre eux (+3% par rapport à 2016), le nombre de personnes tuées baissera de façon significative à l’avenir.
Très peu s’accordent à reconnaître leurs propres défauts (seulement 13 % s’estiment stressés ou avoir un comportement dangereux). En revanche, presque tous se trouvent un adjectif positif, à savoir qu’ils sont 96 % à penser être suffisamment vigilants. En revanche, ils se montrent très critiques envers les autres conducteurs.
Le Baromètre confirme en outre que les incivilités sont en augmentation, à savoir que 86 % des Français se sont retrouvés dans une situation où ils ont eu peur du comportement agressif d’un autre automobiliste.
Certaines mauvaises habitudes perdurent, comme le fait de coller les conducteurs qui agacent (37 %, soit 1 % de plus qu’en 2016) ou les injurient (68 %, soit 3 % de plus).

Toujours un peu au-dessus de la limite

Bien que le taux d’observation des règles de sécurité soit encourageant (-1 % pour les conducteurs qui admettent dépasser les limitations de vitesse de quelques kilomètres, mais sur un taux de 91 % tout de même pour 2017), les comportements à risque restent importants (60 % oublient de mettre le clignotant, contre 65 % en 2016, et 76 % ne respectent pas les distances de sécurité).
Fait important, 17 % des personnes interrogées admettent avoir pris le volant en ayant consommé au-delà de la limite autorisée (un taux supérieur d’1% par rapport à 2016).
De même, l’inattention est considérée comme la raison première des causes d’accident pour la moitié des personnes interrogées, en raison de l’usage croissant d’outils connectés au volant. Les épisodes de somnolence sont aussi en augmentation, et concernent environ 33 % des conducteurs (soit 3 % de plus qu’en 2016).

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous