L’association Prévention Routière attire l’attention sur le problème des enfants mal attachés

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

La Prévention routière, association militant pour améliorer la sécurité sur la route, a révélé dans son enquête, réalisée sur Paris, hier, une réalité inquiétante. Sur 300 enfants transportés en voiture, 66 % étaient mal ou pas du tout attachés. Un constat effrayant quand on connaît les conséquences des ceintures de sécurité mal attachées. En effet, lancé à 50 km/h, un enfant de 30 kg pèsera environ une tonne lors de l’impact. Autant dire une mort assurée lors d’un accident.

Une évolution vers du mieux

Malgré ces chiffres préoccupants, la Sécurité Routière relativise en les comparant à ceux de 2007. 5 ans auparavant, sur le même axe parisien, le taux d’enfants mal attachés atteignait les 80 %. Des progrès dus notamment aux nouvelles technologies telles que l’Isofix, dispositif permettant d’éviter la mauvaise installation du siège auto. Grâce à ce dispositif, l’enfant a 10 % de chances supplémentaires d’être mieux retenu en cas d’accident. Enfin les objets sont mieux attachés, avec une progression de 10 % en 5 ans. Des progrès sont donc encore à faire puisque selon l’Observatoire national interministériel de la Sécurité Routière a dénombré en 2010 pour les enfants de moins de 10 ans, 54 tués et 1.479 blessés.

 

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous