Loi Hamon : les assurés changeront d’assurance plus souvent

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

L’impact pourrait être de 5 à 10 points sur le taux de résiliation des contrats d’assurance. Le sondage d’Actuaris a été réalisé sur un panel représentatif de près de 40% du marché de l’IARD (Incendie, Accidents et Risques Divers) en France. Ainsi, le taux de résiliation de l’assurance auto pourrait passer de 16% aujourd’hui à 20-25% une fois la loi Hamon appliquée. Plus difficile cependant de mesurer l’impact sur l’assurance habitation « dans la mesure où l’on ne sait pas si le tarif d’équilibre sur ce segment de marché est atteint », explique Stéphane Chappellier, associé responsable du pôle IARD d’Actuaris.

Une modification future de la tarification des assurances

Actuellement en France, le turnover des assurés chez les assureurs est relativement faible. Les Français ont pour habitude de conserver leur même contrat d’assurance durant de nombreuses années (contrairement au Royaume-Unis par exemple, ou le taux de résiliation est proche de 60%). Le business modèle à la française devrait cependant être bouleversé par l’arrivée de la loi Hamon. Les assureurs auront intérêt à revoir leur positionnement tarifaire pour espérer continuer à fidéliser leurs assurés. La possibilité de résilier à tout moment sera effectivement une opportunité pour les assurés de trouver une assurance moins chère, et ils changeront ainsi plus souvent de contrats d’assurance. Les assureurs auront fort à faire pour fidéliser, en individualisant les primes par exemple, ou en s’adaptant aux offres de la concurrence.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous