Un taxi autonome bientôt dans les rues de Paris…et c’est Français !

Publié par , le . Temps de lecture : 3 minutes.

Ils n’avaient pas apprécié l’arrivée d’Uber, les taxis ne devraient pas apprécier non plus l’arrivée du taxi autonome. La start-up lyonnaise Navya vient pourtant de présenter le premier robot taxi qui entrera prochainement en phase de test à Paris avant une commercialisation fin 2018.

Jusqu’à 6 passagers mais aucun chauffeur

Dévoilé mardi dernier à la Cité du cinéma de Saint Denis (93), l’Autonom Cab est présenté comme le premier robot taxi du marché, c’est-à-dire un taxi sans chauffeur et 100 % électrique. Son objectif : fluidifier le trafic en centre ville et rendre plus écologique ce type de déplacement.


Sorte de gros monospace muni d’une seule porte latérale côté trottoir, l’Autonom Cab n’a donc ni volant ni pédales et compte sur un impressionnant arsenal technologique (14 radars donc 10 à technologique laser et 6 caméras) pour assurer ses courses.
Il peut embarquer jusqu’à 6 personnes, communiquer avec son environnement grâce à un éclairage intelligent, atteindre 90 km/h et être opérationnel pendant une dizaine d’heures. Pour faire appel à ses services, une application dédiée permet de le commander, de payer le trajet mais aussi d’ouvrir et fermer les portes.
A bord, les clients peuvent profiter d’informations touristiques, effectuer des réservations ou diffuser leurs playlists de musiques préférées.

230 000 € pour le taxi du futur…proche

robot taxi navya

Le robot taxi n’est en rien de la science-fiction, d’abord parce qu’une commercialisation est prévue fin 2018, un tarif a même été donné (autour de 230 000 €), ensuite parce qu’il ne s’agit pas du premier projet de véhicule autonome de l’entreprise Navya.
Cette dernière, qui présentera son taxi sans chauffeur au prochain CES de Las Vegas en janvier 2018, teste déjà des navettes autonomes à Paris, Lyon ainsi que dans d’autres pays (USA, Australie, Suisse).

Pour l’heure, la législation interdit la circulation de véhicules sans chauffeur et encore moins sans commandes, mais les pouvoirs publics signent des autorisations pour des tests sur des trajets bien spécifiques. Navya prévoit ainsi une mise à la route au premier trimestre 2018 dans certaines grandes villes de l’Hexagone.

Bon à savoir

La législation française, basée sur la Convention de Vienne (en cours de renégociation), rend obligatoire la présence d’une personne au volant. Mais les travaux sur les voitures autonomes et l’intelligence artificielle obligent la loi à s’adapter.
Il existe malgré tout un cadre juridique, notamment en ce qui concerne l’assurance.
A l’heure actuelle, si un conducteur décide de déléguer la conduite à sa voiture il s’agit de sa décision et il reste donc responsable des éventuels dommages causés. Rien ne dit pour le moment que cette règle ne va pas évoluer en impliquant la responsabilité du constructeur ou même du fabricant du système de guidage.

Enfin, pour les passagers inquiets de leur sécurité, il faut savoir que peu importe l’assurance qui couvre le véhicule, ils sont systématiquement protégés. Ils seront d’autant plus couverts par l’assurance professionnelle des sociétés qui exploiteront ces taxis autonomes.

 

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous