Voiture en fourrière : assurance et permis bientôt obligatoires

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Rien qu’à Paris, ce serait entre 700 et 800 véhicules qui partent en fourrière tous les jours. Leurs propriétaires ne le savent que trop bien, la procédure est assez simple pour se voir restituer sa voiture, à condition bien entendu de régler les frais d’enlèvement et l’amende. En effet, il suffit de présenter une pièce d’identité et le certificat d’immatriculation dudit véhicule.

Un décret du 1er octobre modifiant le Code de la route va très bientôt changer cela. A partir du 1er décembre, toute personne qui voudra faire sortir sa voiture de la fourrière devra présenter en plus une attestation d’assurance ainsi qu’un permis de conduire.

Selon le Ministère de l’Intérieur, cette mesure permettrait de lutter plus efficacement contre le défaut de permis et d’assurance grâce à 500 000 contrôles supplémentaires par an.

Et de dégainer les chiffres 2015 qui font état de plus de 100 000 défauts d’assurance constatés (+ 2%) et plus de 130 000 défauts de permis constatés (+2,8 %). Rappelons que les peines peuvent aller jusqu’à 3750 € d’amende pour un défaut d’assurance, 1 an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende pour un défaut de permis.

Mais plus grave encore, plus de 200 personnes ont perdu la vie sur les routes l’an dernier dans un accident impliquant une personne en défaut d’assurance, et autant de morts sont à dénombrer dans des accidents impliquant des personnes en défaut de permis.

Notons enfin que le décret sur la sortie de fourrière permet aux particuliers qui souhaitent faire remorquer leur voiture par un professionnel, depuis la fourrière jusqu’au lieu de leur choix, de le faire avec seulement une attestation d’assurance.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous