Nouveauté auto – Volkswagen T-Roc : le meilleur des crossovers citadins ?

Publié par , le . Temps de lecture : 3 minutes.

Un tiers des ventes en France, c’est ce que représentent aujourd’hui les SUV et crossovers. On comprend mieux pourquoi Volkswagen, déjà bien installé sur le marché avec son Tiguan ouvre sa gamme vers le bas avec le nouveau T-Roc. Grâce à sa personnalité marquée et son positionnement très étudié, le T-Roc fait peur à tout le monde sur le segment.

Présenté en première mondiale au Salon de Francfort 2017, le T-Roc est attendu depuis un moment, Volkswagen se présente en effet assez tard sur le segment des petits crossovers et surtout en même temps que beaucoup d’autres nouveautés : Citroën C3 Aircross, Seat Arona, Kia Stonic…

Un positionnement au cœur du segment des petits crossovers

Le concurrence est rude, éclectique aussi avec des modèles plus ou moins spacieux, plus ou moins baroudeurs et avec des prix s’échelonnant de 15 000 € pour les moins chers à plus de 40 000 € pour les plus chics. Alors pas question pour VW de se tromper sur ce marché qui devrait drainer 2 millions d’unités d’ici 2020 en Europe.
Mais le T-Roc a semble-t-il attendu assez longtemps pour savoir frapper là où ça fait mal avec tout d’abord un design léché. Là où certains se contentent de proposer une version réduite de leur SUV familial, le T-Roc dispose de sa propre personnalité et n’est aucunement un mini-Tiguan. Sa face avant nerveuse, ses flancs sculptés et son profil de coupé confère au petit dernier une allure sportive qui devrait séduire un large public.

Petit ? Pas tant que ça puisqu’avec ses 4,23 m en longueur, le T-Roc se place au cœur du segment, à mi-chemin entre un Renault Captur (4,14 m) et un Mini Countryman (4,29 m).

Des références qui fonctionnent aussi quand on parle des prix car le crossover citadine de Wolfsburg se positionne entre les généralistes (entre 2 500 € et 4 000 € de plus qu’un Peugeot 2008 par exemple) et les premiums (au moins 3 500 € de moins qu’un Q2).
Le cousin de chez Audi est d’ailleurs celui qui devait s’inquiéter le plus de l’arrivée du T-Roc car il dispose des mêmes motorisation, mise sur une présentation intérieure haut de gamme, n’a rien à lui envier côté technologies et se montre même plus logeable (445 L pour le T-Roc contre 405 L pour l’Audi Q2).

La gamme (finitions, moteurs et prix) du Volkswagen T-Roc

Si les livraisons du T-Roc ne devraient pas intervenir avant début 2018, les commandes sont déjà ouvertes sur les finitions suivantes dont voici les principaux équipements :

  • T-Roc : climatisation manuelle, bluetooth, régulateur de vitesse adaptatif, aide au maintien dans la voie, freinage d’urgence automatique, feux et essuie-glaces automatiques, feux de jours à Led
  • Lounge (+ 2250 €) : jantes alliage 16 pouces, climatisation automatique, radars AV et AR, système multimédia à écran tactile
  • Carat (+ 2610 €) :éclairage full Led, jantes 17 pouces, instrumentation digitale, feux adaptatifs, caméra de recul, gps, surveillance angles morts, accès et démarrage sans clé

A lire aussi :

Notre essai complet du Volkswagen T-Roc


En attendant une offre moteur enrichie des versions intermédiaires 1.5 TDI et 1.5 TSI, le T-Roc est disponible au lancement avec 3 motorisations dont voici les puissances et tarifs :

  • un essence 3 cylindres 1.0 TSI 115 ch (à aprtir de 21 990 €)
  • un essence 4 cylindres 2.0 TSI 190 ch (à partir 33 890 €)
  • un diesel 4 cylindres 2.0 TDI 150 ch (à partir 33 220 €)

A noter que le TSI 115 n’est disponible qu’en boîte manuelle 6 rapports tandis que les TSI 190 et TDI 150 sont livrés d’office avec la boîte automatique DSG7 et le système quatre roues motrices 4Motion.

L’assurance du Volkswagen T-Roc

En tant qu’experts de l’assurance auto, nous sommes déjà en mesure de vous communiquer les premiers tarifs* pour assurer le Volkswagen T-Roc (1.0 TSI 115 BVM6) :

  • Tiers : à partir de 275 €/an avec Direct Assurance
  • Tiers + : à partir de 287 €/an avec Amaguiz
  • Tous risques : à partir de 327 €/an avec Eurofil

* Conducteur 40 ans, 20 ans de permis, 50 % de bonus, trajet privé-travail, province

 

Image : Volkswagen

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous