Première voiture : nos conseils pour bien choisir

Publié par , le . Temps de lecture : 3 minutes.

Comme son nom l’indique, le jeune conducteur est bien souvent… jeune, et ne dispose généralement donc pas d’une large surface budgétaire à accorder à l’achat de sa première voiture. Ce n’est donc pas un hasard si les voitures plébiscitées lors d’un premier achat sont généralement des citadines d’occasion, telles la Renault Twingo 1, la Peugeot 206 ou encore la Renault Clio comme l’a révélé une étude publiée en 2016 par le site Le Jeune Conducteur. Toutefois, s’il est important, le prix d’achat ne doit pas constituer le seul critère de choix. Dépenser un peu plus pour acquérir son véhicule peut en effet permettre de réaliser des économies sur le long terme.

Fuir les grosses cylindrées

Le succès des yougtimers sur le marché de l’occasion, ces automobiles dont l’âge tourne autour de la vingtaine d’années, ne se dément pas. Il est vrai qu’il peut être tentant de se faire plaisir avec une sportive allemande à un prix raisonnable (une BMW Série 3 des années 1990, de type E36 ou E46, se négocie entre 1500 et 3000 euros), mais attention à la prime d’assurance.

Durant les trois premières années qui suivent son permis (ou son premier contrat d’assurance auto), la surprime peut atteindre 100 % (autrement dit le malus appliqué est de 100% soit une prime doublée) et nombreux sont les assureurs qui refuseront purement et simplement de le signer si la puissance du véhicule s’approche trop ou dépasse les 100 chevaux.
Par ailleurs, les voitures de grosses cylindrées affichent généralement une puissance administrative plus élevée synonyme de carte grise plus chère, même si après 10 ans le prix de celle-ci est divisé par deux. Si votre apparence peut attendre, une berline plus sage, comme la Mazda 3, par exemple, fera moins peur à votre assureur.



Ne sous-estimez pas le coût total de possession

Quand on est sans le sou, le porte-monnaie dirige le plus souvent ses choix vers les produits les moins chers. Mais ce qui vaut pour une pizza surgelée n’est pas forcément pertinent lorsqu’il s’agit d’acheter un véhicule d’occasion. En effet, au-delà du prix d’achat, un véhicule engendre des frais d’entretien et de roulage qu’il ne faut pas prendre à la légère.

Les données de consommation et le prix des consommables (pneus, plaquettes, filtres…) sont donc à étudier pour, le cas échéant, départager deux modèles convoités, mais prenez également le temps de consulter les différentes enquêtes sur la fiabilité des véhicules parues dans la presse spécialisée (Auto Plus, L’Argus, l’Automobile Magazine…).
Elles s’appuient sur les résultats des contrôles techniques réalisés à l’échelle nationale, bien sûr, mais aussi sur des documents internes aux constructeurs ou assureurs. Chez les citadines, par exemple, c’est ainsi l’inattendue Opel Karl qui a obtenu la meilleure note (19,5/20) en janvier 2017 pour l’Automobile Magazine tandis que le dernier classement européen de l’Argus place les Citroën C1, Renault Twingo II, Opel Agila et Peugeot 107 en tête des petites.

Dans la gamme supérieure, le podium est en revanche 100 % japonais, composé des Honda Jazz, Mazda 2 et Toyota Yaris.
Attention, si les japonaises sont réputées fiables, les pièces peuvent être chères. À prestation équivalente, préférez un modèle de grande diffusion. Les marques dites low cost, comme Dacia par exemple, utilisent généralement des technologies éprouvées et donc fiabilisées. Moins chers à l’achats, ces voitures le sont souvent aussi à l’entretien.

Attention aux vols !

Pour diminuer le coût de son auto, un jeune conducteur aura généralement tendance à ne l’assurer que pour les dommages causés aux tiers. Autrement dit, aucune indemnité à attendre en cas de vol. Il n’est donc pas inutile de se renseigner sur l’attractivité exercée auprès des voleurs par le véhicule visé.

Chaque année, par exemple, l’hebdomadaire Auto Plus publie le classement des voitures les plus volées. En 2017, c’est la Smart ForTwo qui arrivait en tête pour les petites, les Renault Twingo 1, Clio IV ou Peugeot 208 étant également très convoitées.

image : Renault

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous