Garantie constructeur : entretenir ou pas dans le réseau ? La vérité

Garantie constructeur automobile : les nombreuses questions à son sujet démontrent le flou qui l’entoure. Assurance facultative proposée par les fabricants automobiles, la garantie constructeur peut pourtant se révéler fort utile en cas de problème lors d’une panne ou d’un dommage non pris en charge par votre assurance auto.

Comme elle n’est pas encadrée par la loi, ses conditions d’applications varient en fonction des constructeurs.

Une voiture sous garantie doit-elle obligatoirement être entretenue dans le réseau ? Quelles économies à la faire réviser ailleurs ? Quels recours en cas de panne ? On vous dit tout sur la garantie d’une voiture

Garantie constructeur : ce qu’il faut retenir

  • Elle n’est pas obligatoire et ses conditions ne sont pas encadrées par la loi ;
  • La garantie ne prend en charge que les défauts de construction ;
  • Vous n’êtes pas obligé d’effectuer les réparations de votre véhicule dans le réseau de votre constructeur si vous ne déclenchez pas la garantie.

Qu’est-ce que la garantie constructeur ?

Également appelée « garantie commerciale », la garantie constructeur est une couverture facultative proposée par les constructeurs automobiles lors de l’achat d’un véhicule neuf. Les propriétaires peuvent ainsi bénéficier d’une prise en charge des éventuels défauts ou pannes survenant après l’achat. Les conditions d’application de cette garantie ne sont pas encadrées par la loi, elles sont donc propres à chaque constructeur. Justement, selon les constructeurs, cette garantie peut être facturée ou dispensée gratuitement : renseignez-vous auprès de votre concessionnaire !

Garantie constructeur : différencier garantie légale et commerciale

Toutes les voitures neuves sont couvertes par une garantie. Durant une période qui ne peut légalement pas être inférieure à 2 ans à compter de la date d’achat (ce sont les « garanties légales de conformité et des vices cachés  »). Toutes les pannes qui ne résultent pas d’un défaut d’entretien ou qui ne sont pas liées à une usure de consommables (pneus, plaquettes de freins…) sont prises en charge par le réseau après-vente du constructeur.

Si le constructeur ne peut se soustraire au cadre de la garantie légale de conformité, il peut en revanche l’améliorer par des extensions de garantie et des prestations qui concernent le plus souvent la durée, le kilométrage ou encore les services (remorquage gratuit, prêt d’un véhicule…). C’est ce que l’on appelle la garantie contractuelle, commerciale ou garantie constructeur.
Par exemple, Kia couvre les défauts de ses modèles durant 7 ans ou 150 000 km tandis que son cousin Hyundai propose une durée de 5 ans, kilométrage illimité.
Comme la garantie légale, la garantie constructeur s’applique à condition que le défaut ne résulte pas d’un mauvais usage de la voiture et que ses révisions ait bien été effectuées selon les dispositions du carnet d’entretien. Mais à qui peut on confier cet entretien ?

Ce n’est pas nous mais la loi qui le dit !

Jusqu’en 2002, la vente d’une voiture neuve par un concessionnaire était l’assurance pour ce dernier de pouvoir facturer les révisions régulières à son propriétaire. En effet, pendant la période couverte par la garantie la moindre dérogation à cette règle annulait tout simplement le contrat passé entre le vendeur et l’acheteur qui, en cas de panne, n’avait plus qu’à sortir son chéquier.

En 2002, poussée par la commission Européenne, le service après-vente ne peut plus s’appuyer sur un entretien réalisé hors réseau pour annuler la garantie, à la condition que celui-ci soit fait dans le respect des recommandations inscrites dans le carnet d’entretien. Autrement dit, peu importe que vous confiiez l’entretien de votre véhicule à un garage indépendant ou à un SAV agréé par le constructeur pourvu que le travail soit bien fait !

Malheureusement, certains constructeurs ont longtemps continué à jouer de la croyance populaire qui était restée ancrée au XXè siècle pour refuser de prendre des réparations sous garantie. Il aura réellement fallu attendre 2014 et la publication de la Loi Hamon au Journal officiel pour mettre de l’ordre dans ces pratiques.

Ce texte stipule entre autres que le vendeur ” informe le consommateur que son bénéfice n’est pas subordonné à la réalisation des prestations de réparation et d’entretien non couvertes par cette garantie, par un réparateur du réseau agréé par le constructeur. Cette information figure, de façon claire et lisible, dans le carnet d’entretien du véhicule, quel que soit son support.”
Voir les informations officielles : la réglementation en matière de garantie

 

Que couvre-t-elle véritablement ?

Comme la garantie constructeur automobile n’est pas obligatoire, sa durée dans le temps, ce qu’elle prend en charge ou non, n’est pas fixée par la loi, mais par le constructeur. Sa seule obligation est de récapituler précisément par écrit ce que couvre la garantie et ses conditions d’applications. Sur votre contrat doivent donc apparaître, en plus des couvertures habituelles, les éléments suivants :

  • Le contenu de la garantie : pièces et pannes couvertes ;
  • Sa durée ;
  • Son étendue territoriale ;
  • Les informations nécessaires à son application : lieu et conditions de dépannage ;
  • Les coordonnées du fabricant ou du vendeur à contacter.

Attention donc à bien lire les termes du contrat, car les nuances sont nombreuses et variables d’un constructeur à l’autre.

Bien entendu, la mise en œuvre de la garantie constructeur automobile ne peut se faire que dans le cadre d’un usage dit « normal » du véhicule. Par exemple, participer à des compétitions ou imposer des charges supérieures au maximum indiqué par la fiche technique peut annuler la garantie.

Les exclusions de la garantie constructeur

Comme pour la prise en charge, les exclusions de garantie constructeur sont propres à chaque constructeur. Cependant, on constate que les éléments suivants sont quasiment toujours exclus de la garantie constructeur :

  • Les freins.
  • Les pneumatiques.
  • Les amortisseurs.
  • La main-d’œuvre.

Il est également bon de rappeler que la garantie constructeur automobile ne prend en charge que les défauts de construction. Les dommages causés par une mauvaise utilisation du véhicule ne seront donc pas pris en charge par la garantie.

Comment bénéficier de la garantie constructeur ?

Pour faire jouer la garantie constructeur, rien de plus simple : il vous suffit de faire une déclaration à votre vendeur ou concessionnaire en décrivant la panne mécanique ou le défaut à couvrir. N’oubliez pas de joindre la facture d’achat du véhicule ainsi qu’une copie du contrat à votre courrier pour prouver de votre éligibilité.

Si votre contrat le mentionne, vous pouvez bénéficier d’un véhicule de remplacement en cas d’immobilisation du vôtre pour réparations.

Que faire en cas de refus ?

En cas de refus de la part du constructeur d’appliquer la garantie, et si vous avez respecté les conditions du contrat, vous pouvez engager une procédure judiciaire avec une mise en demeure.

Quel intérêt aux révisions en dehors du réseau ?

Faut-il pour autant abandonner le réseau du constructeur pour confier son auto au « garage du coin » ou au centre auto le plus proche (Point S, Feu Vert, Midas, Norauto, etc) ?
Financièrement, ce peut être un bon calcul sur votre budget révision. Ces enseignes affichent généralement un taux de main d’œuvre moins élevé que celles des constructeurs et ne sont pas non plus tenues d’appliquer les mêmes forfaits horaires.

Par exemple, si votre concessionnaire vous facture par défaut 1 heure pour faire une vidange, rien n’interdit à votre garagiste de la réaliser en 30 minutes et à vous facturer le temps réellement passé. De même, le centre auto n’est pas non plus tenu d’utiliser les mêmes consommables (huile, plaquettes, etc), source d’économies supplémentaires.
Le carnet d’entretien étant dûment tamponné, peut-on pour autant dire qu’il faudrait être fou pour dépenser plus ? Hé bien ça dépend !

En cas de panne, qui connaît le mieux votre voiture ?

Si votre automobile est un modèle issu de la gamme d’un grand constructeur généraliste, vous ne prenez pas grand risque à la confier à un centre auto. Celui-ci l’aura pratiquée tellement de fois qu’il l’a connaît sans doute aussi bien que le mécanicien de votre concessionnaire. En revanche, pour des modèles de marques moins répandues, le calcul est moins évident.

Pour une simple vidange ou un changement de pneu, rien à craindre.
Mais les choses peuvent se gâter lorsqu’il s’agit de changer un filtre d’habitacle logé au fin fond de la boîte à gant ou pour réinitialiser l’ordinateur de maintenance.

Sans connaissance du modèle ou avec un outil informatique pas toujours mis à jour, le centre auto pourra tout simplement être dans l’impossibilité d’assurer une prestation complète.
Par ailleurs, si votre concessionnaire est potentiellement un peu plus cher que le garagiste local, il rechignera moins à assurer les termes du contrat de garantie s’il entretien lui-même l’auto régulièrement.

Il saura aussi facilement vous remercier de votre fidélité lors de l’achat de votre prochaine voiture. D’abord sur la reprise de l’ancienne qu’il saura bien entretenue, ensuite sur la remise qu’il pourra éventuellement vous accorder en votre qualité de bon client.
Enfin, il entretient un lien privilégié avec le constructeur qui pourra éventuellement faire un geste en cas de panne grave même si la période de garantie écoulée.

La garantie constructeur automobile est une protection supplémentaire qui ne couvre que les défauts de fabrication. Comme elle dépend de chaque fabricant n’hésitez pas à vous renseigner, à faire jouer la concurrence en utilisant notre comparateur gratuit et à demander des devis. Vous pouvez aussi notre synthèse et vos questions / réponses sur ce sujet.