Pneumatiques : comment choisir les bons pneus pour sa voiture ?

Publié par , le . Temps de lecture : 5 minutes.

L’un des casse-têtes récurrents de l’automobiliste se présente à chaque fois que vient le moment du remplacement des pneumatiques. Où les acheter ? Quelle marque et quel modèle choisir ? Quelles sont les règles à respecter ? Faut-il changer les quatre pneus à la fois ? Les règles d’utilisation sont-elles les mêmes partout ? Eléments de réponse.

Dans un réseau ou en ligne, vous avez le choix

Lorsque l’on doit changer ses pneus, on peut évidemment choisir de se rendre dans le réseau après-vente de la marque de sa voiture. Les employés connaissent non seulement votre voiture, mais vous connaissent également si vous y faites entretenir votre auto. Ils sauront donc conseiller le pneu adapté à votre profil de conducteur et, surtout, à votre véhicule.
Vous pouvez également vous rendre dans un centre auto (Norauto, Feu Vert, Midas, etc) ou chez un distributeur spécialisé (Vulco, Popgom, Euromaster…) qui disposent généralement d’un large choix de marques et de modèles et ne sont généralement pas avares en promotions. Certaines enseignes ayant été rachetées ou crées par des manufacturiers, ne soyez pas étonné si l’on vous y oriente vers une marque plutôt qu’une autre.
La plupart de ces enseignes permettent également la commande du produit et la prise de rendez-vous pour la pose directement par internet. Si vous savez ce que vous voulez, il n’y a aucune contre-indication.
Mieux, certains professionnels en ligne , tels Allo pneus, Toopneus ou encore Oxyo Pneus vous éviteront le déplacement en envoyant chez vous un technicien et son atelier mobile. Il convient juste de s’assurer de disposer de suffisamment de place pour évoluer autour du véhicule. Evitez donc les ruelles étroites d’un vieux centre-ville !

Savoir lire un pneu

Si vous avez en tête de choisir vous-même la marque et le modèle des pneus qui équiperont votre auto, il y a évidemment des règles à respecter, la première de celles-ci étant de vous conformer aux prescriptions du constructeur. Les dimensions requises pour les pneus sont indiquées clairement dans le carnet d’entretien et pas question d’y déroger !
En effet, même s’il pourrait être tentant de choisir un pneu affichant un indice de vitesse moins élevé que la préconisation du constructeur, vous pourriez être tenu responsable en cas d’accident.

Indice de vitesse ? Il s’agit de l’une des nombreuses mentions que l’on trouve inscrites sur le flanc d’un pneu. Avec la section, la série et l’indice de charge, l’indice de vitesse est une donnée qui caractérise le pneu.
Ainsi, lorsqu’un pneu indique 205/55R16, cela signifie que sa largeur est de 205 mm, que la série est de 55 (ce chiffre correspond à une formule qui permet de calculer la hauteur du flanc), qu’il est de structure radiale (R) et qu’il s’installe sur une jante de 16 pouces de diamètre.

Attention aux pneus stockés trop longtemps

Cette série de chiffres et de lettre est ensuite complétée par un autre chiffre suivi d’une autre lettre (exemple 91W) ou 91 est l’indice de charge (91 correspond à une charge admissible de 615 kg par pneu) et W l’indice de vitesse (W correspond à une vitesse de 270 km/h). Petite précision : si vous ne pouvez pas installer de pneus affichant des indices identiques à ceux de l’homologation constructeur, rien ne vous interdit d’être mieux disant (par exemple installer un indice de charge W à la place d’un V).
Dernier élément qu’il est bon de savoir décrypter : le DOT. Cette mention renseigne sur la date et le lieu de naissance du pneu. Cela permet de repérer un vendeur peu scrupuleux qui serait tenté de se débarrasser d’un matériel stocké trop longtemps.
Pour cela, sachez simplement que les deux derniers chiffres indiquent la semaine et l’année de fabrication. Par exemple, 3016 correspond à un pneu fabriqué en semaine 30 de l’année 2016.

Pneus été, hiver, M+S : quel type de pneu pour quel usage ?

Une fois ces informations décodées, nous n’en avons pas pour autant fini avec le flanc de notre pneu. S’y trouvent également la marque du manufacturier et le modèle du pneu, mais aussi des indications quant au type d’usage pour lequel il est conçu.
La mention M+S, par exemple, désigne un pneu que le fabricant estime apte à évoluer sur des terrains glissants (boue et neige). Toutefois, cette mention ne certifie pas pour autant que le pneu soit homologué pour l’hiver. Pour cela, il doit porter la mention 3PMSF suivi d’un pictogramme symbolisant trois pics montagneux et un flocon de neige. La nuance est d’importance car un pneu M+S ne sera pas admis comme un équipement de saison dans les pays où ils sont obligatoires l’hiver tandis que le 3PMSF sera libre de circuler.

Maîtriser le sens de ces mentions vous évitera aussi de monter un pneu inadapté à la saison. Si le pneu hiver est efficace dès que les températures descendent sous 7° Celsius, ils s’usent en revanche bien plus vite dès que les températures remontent. Son comportement routier est également moins rigoureux que celui d’un pneu classique sur route sèche.

Privilégiez les marques reconnues

Le choix de la marque du pneu vous appartient. Néanmoins, tous les modèles ne se valent pas, loin de là. Comme dans l’automobile, le pneumatique a ses marques premium, ses généralistes et ses low-cost.
Les grandes marques (Michelin, Goodyear, Dunlop, Continental, Bridgestone, Pirelli…) investissent énormément en recherches et développement et font évoluer leurs gammes environ tous les cinq ans. La plupart de ces fabricants disposent d’un catalogue qui couvre à la fois les besoins communs mais aussi les plus spécifiques, comme les pneus adaptés à la pluie, aux basses consommations, à la conduite sportive, etc. Pour un usage classique de « bon père de famille », vous ne courrez aucun risque avec un modèle d’une de ces marques. Pour un usage plus spécifique, le mieux est de se renseigner en lisant les nombreux comparatifs publiés dans la presse spécialisée ou sur le web, comme par exemple chez le spécialiste Resulteo.fr.

Les marques généralistes, aussi appelées « quality » (Avon, Cooper, Flken, BF Goodrich, Firestone, Uniroyal…) sont pour la plupart des filiales des marques des premium. Les produits sont de qualité mais ne bénéficient pas des derniers développements. Ils sont donc moins chers. Enfin, les marques à bas coûts, ou « budget » doivent être montées en connaissance de cause car le meilleur y côtoie le pire. Là aussi, la presse spécialisée est votre amie. Quelques euros économisés sur un pneu peuvent se traduire par une distance de freinage nettement rallongée…



Les pneus sont étiquetés comme les lave-linge

Pour juger de la qualité d’un pneu sans forcément être spécialiste, on peut se référer à l’étiquetage européen, obligatoire depuis 2012. Comme un téléviseur ou une voiture, une étiquette renseigne l’acheteur sur trois critères notés de A à G et qui sont le rendement énergétique (autrement dit la résistance au roulement et donc les économies de carburant), la distance de freinage sur sol mouillée et le niveau sonore extérieur émis.

Vous pouvez ne changer les pneus que deux par deux, essieu par essieu et chaque essieu peut être équipé de marques différentes.
Toutefois, si votre véhicule est équipé de quatre roues motrices, il est alors conseillé de changer les quatre en même temps pour garantir que la circonférence de chaque roue demeure identique à celles des trois autres afin de ne pas fatiguer la transmission en créant un déséquilibre.
Sur un véhicule à deux roues motrices, il est possible de ne changer que les deux pneus les plus usés pour les remplacer par deux neufs. La permutation avant/arrière est tolérée, mais pas le croisement de droite à gauche qui est interdit

Enfin, avant de prendre la route pour un long trajet, vérifiez et adaptez toujours la pression de vos pneus. Ces trois minutes pris sur votre temps vous permettront d’éviter un accident et, au pire, de réaliser une économie de carburant. Bonne route !

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous