Essai Auto – Kia Picanto 3 (2017) : Presque comme une grande

Dans une catégorie où les puces françaises, Renault Twingo et Peugeot 108, laissent peu de place à la concurrence (malgré leur petit gabarit !), Kia fait de la résistance avec sa Picanto. Après avoir renouvelé deux de ses modèles emblématiques (Sportage, Rio), la marque coréenne présente la troisième génération de sa micro-citadine. Bonifiée dans tous les domaines, la Picanto 3 ne fait pas que challenger les références tricolores…

Avant de faire le tour de cette nouvelle Kia Picanto et l’emmener en balade, il est important de connaître les us et coutumes de la catégorie. Insonorisation légère, sièges façon strapontins, carrosserie apparente dans l’habitacle, finition et matériaux d’un autre temps, confort à la limite de l’acceptable…des mauvaises manières auxquelles la référence absolue de la catégorie, la Twingo, n’échappe pas en partie. Cela ne l’empêche pas d’incarner à elle toute seule ce segment A avec plus de 40 000 ventes en France en 2016 (8 fois moins pour la Picanto II). Notre Picanto troisième du nom a pourtant un coup à jouer car elle parvient à se défaire de quelques travers chers aux micro-citadines.

Présentation intérieure
Habitabilité-coffre
Confort amélioré
Habitacle austère
Puissance modeste
Direction floue

 

Piquante…pas tant que ça

tenue de route kia picantoOn passera rapidement sur le design, car si la carrosserie est 100 % nouvelle, cette Picanto III ressemble quand même furieusement à l’ancienne. Certes il y a cette face avant plus agressive (impression renforcée par le kit carrosserie de notre finition GT Line), ce regard froncé et ces ailes élargies qui lui confèrent un air plus masculin, mais la silhouette monocorps (presque minispace) demeure et la poupe conserve ses feux en forme de « C ».Les dimensions non plus ne changent pas avec une largeur identique et toujours 3,60 m en longueur. Et pourtant en passant à bord, on dirait que Kia a poussé les murs.

 

nouvelle kia picanto 3L’empattement allongé (+15mm) n’explique pas à lui seul cette nouvelle habitabilité car on ne se sent pas moins à l’aise que dans une citadine du segment supérieur. La planche de bord, traitée à l’horizontale de façon à agrandir visuellement l’espace, s’inspire d’ailleurs beaucoup de la grande soeur Rio.Les assemblages et les matériaux ne sont pas irréprochables mais les efforts sont là et notre Picanto présente bien, mieux que la plupart de ses rivales. L’ambiance est triste, germanique presque, mais l’ensemble est globalement bien pensé et évite les petites fantaisies « cheap » habituelles sur les petites citadines. On apprécie tout particulièrement l’écran central 7 pouces et le confort des sièges dignes d’une vraie voiture et pas d’un jouet pour enfants.

A l’arrière enfin, on compte bien trois assises, mais il conviendra plutôt d’être à deux pour profiter d’un environnement vivable autrement qu’en dépannage. C’est rare, voire inédit pour la catégorie. Les dossiers sont un peu fermes et fins mais c’est aussi le prix à payer pour disposer d’un volume de coffre convenable : 255 L soit +55 L (le meilleur sur le segment).

 

Les finitions et leurs principaux équipements

6 airbags, aide au démarrage en côte, ordinateur de bord, banquette rabattable, allumage automatique des feux, volant réglable en hauteur
climatisation, régulateur de vitesse, système audio avec Bluetooth, vitres AV électriques, sièges conducteur réglable en hauteur
rétroviseurs électriques, jantes alliage 15 pouces, écran tactile 7 pouces, connectivité smartphones, caméra de recul, navigation, vitres AR électriques
kit carrosserie extérieur et présentation intérieure spécifique, feux de jour Led, jantes alliage 16 pouces, sellerie cuir, chargeur téléphone à inductions

 

Combat de rue

essai kia picantoVous l’avez deviné, les demi-portions comme la Picanto ne se distinguent généralement pas par leurs prestations routières. Spécialistes des petites rues, véritables experts des boulevards, elles perdent la plupart du temps de leur superbe dès qu’une fin d’agglomération se profile. Et c’est vrai, la nouvelle Picanto est comme un poisson dans l’eau à Barcelone (lieu de notre essai) où elle avale les ramblas les doigts dans son « tiger nose » (ndlr : nom donné à sa calandre typique du style Kia). Capable de faire demi-tour dans un mouchoir de poche, facile à garer grâce à une bonne rétrovision (et les radars aussi…) la puce de Kia est l’outil idéal pour les trajets citadins.

L’assurance d’une Kia Picanto 1.0L 67 ch

  • Tiers : à partir de 194 €/an avec A comme assure
  • Tiers + : à partir de 212 €/an avec Amaguiz
  • Tous risques : à partir de 234 €/an avec Eurofil

 

*Conducteur 40 ans, 20 ans de permis, 50 % de bonus, trajet privé-travail, province

Toutes les assurances pour Kia :

Trouvez votre assurance Picanto

Son petit 1.0 L essence de 67 ch fait illusion avec de belles montées en régime et une nervosité typique des 3 cylindres. Un peu vibrant à l’arrêt, il s’accommode très bien des 900 kg de l’auto et séduit par son « petit » caractère. Attention à ne pas trop en abuser car il n’a aucun mal à dépasser les 6,0 L/100 km.Mais là où ça se gâte c’est quand il s’agit de sortir de la capitale catalane pour s’aventurer dans les terres. L’illusion fait place à la dure réalité de sa fiche technique avec un couple inférieur à 100 Nm, aussi pénalisant sur les relances que l’étagement trop long de la boîte, et une insonorisation certes améliorée mais encore perfectible.

C’est le moment aussi de découvrir que le niveau de confort surprenant affiché par la voiture, en très net progrès par rapport au deuxième opus et supérieur à la plupart de ses concurrentes, se paye cash en matière de précision de conduite. En effet, la souplesse de l’amortissement, si agréable en ville, oblige l’auto à élargir ses trajectoires et à pencher dans les virages. Dans le segment personne ne fait mieux, mais les prestations sérieuses de la Picanto 3 par ailleurs laissaient penser à davantage de polyvalence. Ce sera pour la 4 alors !

 

Le mot de la fin sur la nouvelle Kia Picanto

Si parfois le sérieux s’avère ennuyeux, dans le segment des micro-citadines il ne fait pas de mal, et cette nouvelle Picanto n’en manque pas. Présentation, accueil, équipements, elle se bonifie avec le temps. Si le blason Kia ne lui permettra pas de détrôner la Twingo, elle mérite assurément une place de choix sur son marché. Pour finir de convaincre : un tarif bien placé (à peine plus de 14 000 € pour le 67 ch dans sa version la mieux dotée) et toujours une garantie 7 ans ou 150 000 km.(images constructeur)

Carrosserie : citadine
Dimensions L/l/h : 3595/1595/1485 mm
Poids : 860 kg
Coffre : 255 L
Motorisation : 3 cylindres essence
Cylindrée : 998 cm3
Puissance/Couple : 67 ch / 96 Nm
Boîte de vitesses : manuelle 5 rapports
Performances : 161 km/h - 14"3 au à 100 km/h
Consommation mixte (constructeur) : 4,4 L/100 km
Rejets CO2 : 101 g/km (neutre)
Puissance fiscale : 4 CV
Prix : à partir de 10 900 €
Trouvez votre assurance Picanto