Essai Kia Stonic : La volonté d’en découdre

Publié par , le . Temps de lecture : 5 minutes.

Environ 300 000 ventes en France en 2018, autour de 2 millions d’unités en Europe d’ici deux ans, voilà le gâteau pour lequel tous les constructeurs s’affolent en ce moment : le segment des crossovers urbains. Du généraliste ou premium, tous veulent leur B-SUV (appellation marketing). Certains créent pour cela un modèle à part entière, d’autres tentent (plus ou moins adroitement) d’habiller en baroudeur une auto existante. Après s’être taillé une jolie réputation chez les SUV avec son Sportage, Kia se lance dans le bain avec le Stonic, qui à peine dévoilé au Salon de Francfort nous est déjà confié.

LES
  • Look réussi
  • Dynamisme châssis
  • Agrément moteur
LES
  • Finition habitacle
  • Volume coffre
  • Fermeté suspensions

 
 
 
Chez les petits crossovers, il y a les stars déjà bien installées : les classiques type Renault Captur ou Peugeot 2008, les élégants genre Mini Countryman ou Audi Q2, et même les vrais 4×4 comme le Jeep Renegade.

Et puis il y a les stars en devenir : esprit familial avec les Opel Crossland X et Citroën C3 Aircross ou alors tempérament sportif avec les Seat Arona, Volkswagen T-Roc et Hyundai Kona. Une grosse dizaine de concurrents très sérieux, c’est ce que va devoir affronter ce nouveau Kia Stonic.

Entre séduction et déception

design kia stonic

L’avantage à arriver dans les derniers c’est qu’on sait ce qui fonctionne (et ne fonctionne pas !) auprès du public. Kia n’a donc pas joué l’originalité à tout prix. Les résultats en demi-teinte du Soul ayant servi de leçon, la marque a opté plutôt pour une silhouette de petit break surélevé à la manière d’un 2008.
Cela n’empêche pas le Stonic d’offrir une garde au sol de 18 cm (une des meilleures du segment) tout en conservant une hauteur réduite. On a donc affaire à une voiture râblée et musculeuse dont il se dégage beaucoup de dynamisme.
Une impression accentuée par ce toit « targa », qui grâce à un jeu astucieux sur les coloris donne l’impression que le montant arrière encercle le toit. Enfin, le Stonic n’échappe pas à la signature esthétique de la maison, à savoir la désormais célèbre calandre « tiger nose » encadrée par un regard nerveux.

intérieur kia stonic

Avec 4,14 m en longueur, le Stonic présente un gabarit proche du Captur, mais surtout une habitabilité et un volume de coffre équivalents. C’est en deçà des meilleurs sur le segment, et le profil sportif du Coréen laissait craindre un espace étriqué.
Il n’en est rien car à l’arrière deux adultes peuvent prendre leurs aises et à l’avant on a plus l’impression de voyager dans un véhicule du segment supérieur (les compactes) que dans une citadine dont le Stonic dérive pourtant.

Là où il déçoit en revanche c’est au niveau de la présentation intérieure avec l’utilisation systématique de plastiques durs qui se rayent trop facilement. La planche de bord reprise de la citadine Rio est certes bien pensée mais l’ambiance est austère et ce malgré les touches de couleurs des finitions supérieures.

Les finitions et leurs principaux équipements

  • Motion : 6 airbags, ESP, système multimédia avec radio, Bluetooth + Apple CarPlay et Android Auto, écran tactile 7 pouces, banquette rabattable, feux automatiques
  • Active (+2000€) :  climatisation manuelle, jantes alliage 17 pouces, radars et caméra de recul, feux de jour Led, régulateur de vitesse
  • Launch Edition (+1500€) : climatisation régulée, feux arrière Led, sellerie cuir/tissu, GPS, essuie-glaces automatiques
  • Premium (+1000€) :  alerte franchissement de ligne, surveillance angles morts, éclairage adaptatif, sellerie cuir, sièges et volant chauffants, ouverture et démarrage sans clé

Sur la route : de l’énergie à revendre

vue arrière kia stonic

Comme la plupart des constructeurs, Kia a réduit les coûts en réutilisant la base technique de la Rio. C’est plutôt une bonne nouvelle pour le poids, le Stonic est léger avec moins de 1,3 tonne, mais ça l’est un peu moins pour le confort.
En effet, pour compenser le centre de gravité plus haut et conserver une bonne maitrise de roulis, la marque a raidi les suspensions et le Stonic se montre ferme, peut-être un peu trop. Il n’a pas du tout apprécié les chaussées déformées de l’agglomération berlinoise où nous l’avons essayé. Sur le réseau secondaire, cette rigidité a quand même du bon car le Stonic est certainement l’un des modèles les plus dynamiques de la catégorie.
Avec sa direction précise et son train avant réactif, le petit frère du Sportage se veut presque sportif et met fin à nos critiques quant au manque de personnalité des productions coréennes sur la route.

L’assurance d’un Kia Stonic 1.0 T-GDI 120

  • Tiers : à partir de 179 €/an avec Amaguiz
  • Tiers + : à partir de 261 €/an avec L’Olivier assurance
  • Tous risques : à partir de 293 €/an avec Eurofil

Toutes les assurances pour Kia : Comparer les offres

*Conducteur 40 ans, 20 ans de permis, 50 % de bonus, trajet privé-travail, province

Nos premières impressions à bord du Stonic sont d’autant meilleures que le 3 cylindres essence 120 ch se montre plutôt alerte. Contrairement à certains de ses homologues, il vibre peu, son grondement est bien contenu et l’étagement intelligent de la boîte compense le manque de vigueur des relances (172 Nm de couple).
En tout cas, ce petit 1.0 L turbo affiche une belle santé, les chiffres en témoignent avec un 0 à 100 km/h avalé en à peine 10 secondes. Enfin côté consommations, on est dans la bonne moyenne avec tout juste 7.0 L/100 km relevés lors de notre essai.

Le mot de la fin sur la nouvelle Kia Stonic

En dehors de quelques faiblesses dans l’accueil, le Kia Stonic ne manquera pas de séduire grâce à un coup de crayon sûr, des prestations routières convaincantes et un bon rapport prix-équipements. La gamme démarre à 16 990 € avec un modeste 1.4 L essence 100 ch pour atteindre 23 990 € avec le 1.6 L diesel 110 ch dans sa finition la plus complète. Comptez 21 490 € pour un cœur de gamme Launch Edition bien équipé et animé par l’excellent 120 ch essence.(images constructeur)

Fiche technique Kia Stonic 1.0 T-GDI 120

  • Carrosserie : crossover urbain
  • Dimensions L/l/h : 4140/1760/1520 mm
  • Poids : 1260 kg
  • Coffre : 352 L
  • Motorisation : 3 cylindres essence
  • Cylindrée : 998 cm3
  • Puissance/Couple : 120 ch / 172 Nm
  • Boîte de vitesses : manuelle 6 rapports
  • Performances : 184 km/h – 10″3 au à 100 km/h
  • Consommation mixte (constructeur) : 5,0 L/100 km
  • Rejets CO2 : 115 g/km (neutre)
  • Puissance fiscale : 6 CV
  • Prix : à partir de 19 990 €

 

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous