Essai Fiat 500L Cross (2017) : La 500 outdoor

Publié par , le . Temps de lecture : 5 minutes.

Ultra tendance il y a encore peu (moins de 5 ans), les monospaces et minispaces sont devenus des gros mots dans le monde de l’automobile. Ce qui est à la mode aujourd’hui c’est le SUV ou le crossover et ce quel que soit le segment. Chez Fiat, on a plus d’idées que de moyens alors pour relancer les ventes du 500 L – mais si, vous savez, la 500 familiale ! – on renforce son côté baroudeur, on change le nom et c’est reparti pour 4 ans de plus. C’est aussi facile que ça ? Verdict en essai.

LES
  • Habitabilité-coffre
  • Agrément moteur
  • Tarifs contenus
LES
  • Plastiques intérieurs
  • TwinAir gourmand
  • ni 500 ni SUV

Notre résumé un peu simpliste de la situation mérite quelques explications pour cerner le véritable positionnement de cette 500L phase 2.
A son lancement fin 2012, la catégorie des minispaces tournait à plein régime, mais on sentait déjà l’attirance du consommateur pour des modèles plus aventuriers. La 500X n’était pas encore sur le marché, Fiat avait alors proposé une finition Trekking de sa 500L. Bien vu ! Cette version « baroudeuse » allait capter la moitié des ventes.

Moins de cinq ans plus tard, la 500L a vu ses principales rivales disparaître pour renaître au format crossover : la Citroën C3 Picasso est devenue la C3 Aircoss et l’Opel Meriva a fait place aux Crossland X.
Malgré tout l’Italienne résiste avec plus de 80 000 unités l’an dernier en Europe, suffisant pour préférer un restylage à un départ en retraite.

 

Un physique délicat, des qualités indéniables

profil fait 500l 2017
 
Pour renforcer la filiation avec la belle 500, le modèle L revoit sa signature lumineuse, sa calandre et son masque inférieur. A l’arrière aussi les feux et le bouclier évoluent légèrement. L’ensemble est peut-être un petit peu plus séduisant qu’auparavant mais la silhouette monocorps ne trompe pas, il s’agit toujours d’un minispace.
Pour gommer davantage cette impression, il faut se tourner vers les finitions Opening Cross et Cross (anciennement Trekking) qui joue la cartent « rando » avec des boucliers spécifiques, des protections de carrosserie et une garde au sol relevée de 2 cm. Elles ajoutent à la panoplie un ESP renforcé et des pneus boue+neige (M+S).
Des versions classiques figurent toujours au catalogue sous les appellations Popstar et Lounge. La carrosserie rallongée (+ 14 cm) 7 places 500L Living devient au passage 500L Wagon (+ 900 €).
 
intérieur fiat 500

C’est finalement à l’intérieur que le restylage est le plus visible avec un mobilier plus proche du crossover 500X. De ce dernier sont repris le volant, l’instrumentation (plus lisible) et l’écran multimédia qui à cette occasion évolue vers les 7 pouces et s’offre la connectivité Apple CarPlay et Android Auto.
Dommage que Fiat n’en ait pas profité pour améliorer la qualité de certains plastiques, juste correcte pour certains. Enfin, l’angle du volant et l’emplacement du levier de vitesses ont été revus de façon à offrir une position de conduite plus typée berline qu’utilitaire.

Pour clore ce tour du propriétaire, il est à noter que les dimensions de la voiture n’évoluent pas avec toujours 4,24 m en longueur. On est donc très loin des 3,55 m d’une 500 ! La 500L continue de se distinguer par son habitabilité généreuse et son coffre de 455 L. Un crossover Mokka X, par exemple, qui affiche 4,28 m en longueur se révèle moins accueillant aux places arrière et moins logeable (356 L).

Les finitions et leurs principaux équipements

  • Popstar : 6 airbags, ESP, climatisation manuelle, régulateur de vitesse, système multimédia avec radio et écran tactile 5 pouces
  • Lounge (+2500€) :  climatisation régulée, toit vitré panoramique, jantes alliage 16 pouces, radars de recul, écran tactile 7 pouces, feux et essuie-glaces automatiques
  • Opening Cross : 6 airbags, ESP, climatisation manuelle, régulateur de vitesse, système multimédia avec radio et écran tactile 7 pouces, radars de recul, look Cross, contrôle de traction, pneus M=+S
  • Cross (+2000€) : climatisation automatique, GPS, caméra de recul

Une 500 pour sortir de la ville

comportement fiat 500

Il faut l’avouer, les monospaces et les crossovers, du fait de leur physique imposant et de leurs aptitudes familiales, se montrent rarement meilleurs sur la route que leurs congénères moins haut perchés. Alors à l’idée de prendre le volant de cette nouvelle 500L, croisement des deux catégories, nous n’étions pas franchement emballés.
Erreur ! Sans être une ballerine ni un modèle de précision, la 500L cru 2017 révèle un dynamisme plutôt étonnant et un très bon niveau de confort. En fait, son amortissement présente la fermeté nécessaire pour maintenir la voiture en courbe, et la souplesse suffisante pour digérer les irrégularités de la route, même à basse vitesse.
Grâce à une direction très légère la 500L est comme un poisson dans l’eau en ville, mais son train avant est assez précis pour offrir une conduite sereine quand le réseau secondaire devient plus exigeant.

L’assurance d’une Fiat 500L TwinAir 105 ch

  • Tiers : à partir de 194 €/an avec A comme assure
  • Tiers + : à partir de 253 €/an avec Amaguiz
  • Tous risques : à partir de 276 €/an avec Eurofil

Toutes les assurances pour Fiat : Comparer les offres

*Conducteur 40 ans, 20 ans de permis, 50 % de bonus, trajet privé-travail, province

Côté moteur, l’offre est cohérente avec le positionnement de la voiture : à partir de 95 ch en diesel / 85 ch en essence, même s’il faudra privilégier les versions 120 ch diesel / 105 ch essence pour plus de polyvalence. 
Ce sont ces deux dernières que nous avons pu prendre en main avec au final un sentiment très partagé pour les deux motorisations. Le diesel 1.6 Multijet de 120 ch se montre le plus vaillant avec des accélérations franches et des reprises vigoureuses (320 Nm de couple) tout en restant sous la barre des 6,0 L/100 km. Son principal défaut : un grondement trop présent, plutôt fatiguant à la longue et renforcé par l’insonorisation perfectible de la voiture.

Le bicylindre essence TwinAir 105 ch se montre moins tonique (145 Nm) mais compense par un caractère bien trempé et une sonorité amusante (il reste moins bruyant). Seulement pour profiter des montées en régime de ce 0,9 L turbo il faut beaucoup jouer du levier (rapports trop longs) et accepter une consommation que nous n’avons jamais réussi à faire passer sous les 8,0 L/100 km.

Le mot de la fin sur la nouvelle Fiat 500L

Sans être transformée, la Fiat 500L est doucement remise au goût du jour pour s’adpater à son environnement, surtout en version Cross. Avec ses tarifs bien placés (de 16 990 € à 24 990 €) et une appelation 500 qui suscite toujours la sympathie, l’Italienne reste une alternative pour ceux qui souhaitent un véhicule au format citadin mais qui ne trouvent pas leur compte au niveau espace chez les crossovers à la mode. (images constructeur)

Fiche technique 500L 0.9 TwinAir Turbo 105

  • Carrosserie : minispace
  • Dimensions L/l/h : 4242/1784/1658 mm
  • Poids : 1260 kg
  • Coffre : 455 L
  • Motorisation : 2 cylindres essence
  • Cylindrée : 875 cm3
  • Puissance/Couple : 105 ch / 145 Nm
  • Boîte de vitesses : manuelle 6 rapports
  • Performances : 180 km/h – 12″6 au à 100 km/h
  • Consommation mixte (constructeur) : 4,9 L/100 km
  • Rejets CO2 : 111 g/km (neutre)
  • Puissance fiscale : 5 CV
  • Prix : à partir de 17 990 €

 

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous