Paroles d’experts: L’Olivier Assurance

Julien Desprez, Directeur de l’offre et des partenariats chez Assu 2000Vous êtes jeune conducteur et découvrez l’assurance auto? Vous avez des questions concernant les formules, les garanties et l’indemnisation. M. Julien Gigoi, spécialiste depuis plus de 10 ans et directeur technique du groupe L’olivier assurance, vous répond sans détour afin que l’assurance auto n’ait plus de secrets pour vous.

Grâce à lui, vous aurez aussi quelques astuces simples pour réduire le montant de votre facture. Alors laissez-vous guider par L’olivier assurance !

Comparer l’Olivier aux autres assureurs du marché

 

Tout savoir sur les jeunes conducteurs et l’assurance auto

 

En assurance-auto, quelle est la définition de « jeune conducteur » ?

Julien Gigoi : En assurance, le jeune conducteur est un conducteur dont le permis a moins de 3 ans. Ce qui importe, c’est l’âge du permis et non l’âge du conducteur.

 

Pourquoi cette typologie de conducteurs paie plus cher ?

JG : Tout simplement du fait d’un manque d’expérience de conduite. Statistiquement, on retrouve une fréquence de sinistres beaucoup plus importante pour cette population, par rapport à des gens avec 15 ou 20 années d’expérience de conduite derrière eux.

 

La conduite accompagnée a-t-elle un impact sur la prime d’assurance ?

JG : Oui, car elle va permettre à un conducteur novice de bénéficier d’un minimum d’expérience, avant même d’avoir son permis. Ce qui explique pourquoi un jeune qui aura déclaré une conduite accompagnée paiera moins cher ses cotisations d’assurance.

 

Le choix du véhicule va-t-il aussi avoir une incidence sur le tarif de votre assurance ?

JG : C’est un élément très important dans le calcul de la prime d’assurance, pour deux raisons relativement évidentes :

  • La puissance fiscale. Un véhicule très puissant avec lequel il est possible de rouler vite peut appeler à des comportements à risques, en terme de sinistres d’assurance auto. Cela explique les prix plus élevés.
  • Le cout des réparations. Il s’agit d’une raison plus triviale, mais le cout en réparations d’un véhicule peut influer sur le tarif de votre assurance. Plus un véhicule coute cher, plus le cout des réparations sera élevé.

 

Ai-je plutôt intérêt à me déclarer en conducteur principal ou secondaire ?

JG : Rappelons d’abord qu’un conducteur secondaire est la personne qui ne conduit que de temps en temps le véhicule, sans être le conducteur régulier.

Si vous conduisez le véhicule ponctuellement dans la semaine, vous êtes considéré comme un conducteur secondaire. L’intérêt est vraiment de déclarer au plus juste, il ne s’agit pas de faire de fausses déclarations.

Chez L’olivier – assurance auto, nous invitons les jeunes qui sont bel et bien conducteur secondaire à se déclarer comme tels. Ils bénéficieront ainsi d’un bonus, même en tant que conducteur secondaire.

 

En tant que conducteur secondaire, ai-je les mêmes garanties ?

JG : Que vous soyez conducteur secondaire ou conducteur principal ne va absolument pas impacter les garanties auxquelles vous allez avoir droit. Vous êtes complètement couvert de façon similaire, que ce soit en tant que conducteur principal ou secondaire.

 

Quelles sont vos astuces pour réduire le montant de l’assurance lorsqu’on est jeune conducteur ?

JG : La première chose est d’éviter d’aller vers des véhicules d’une puissance fiscale trop importante, de prendre de très gros véhicules.

Ensuite, de trouver le bon niveau d’assurance. Si vous êtes un jeune assuré, il y a des garanties dont vous n’avez peut-être pas besoin.

Avec un véhicule de faible valeur, vous ne serez pas obligé de vous assurer en « Tous risques », vous tourner vers une formule « au Tiers » ou « Tiers amélioré » sera plus judicieux.

 

Pour réduire la facture, est-ce que s’adresser à l’assureur familial est une technique pertinente ?

JG : Tous les assureurs vont avoir une vision différente du risque, et peuvent proposer un tarif différent. De temps en temps, l’assureur familial pourra offrir un tarif plus attractif. Mais aujourd’hui, il y a plus de chances d’avoir un tarif plus intéressant auprès des acteurs du direct. La règle est qu’il n’y a pas de règle pour 100% des utilisateurs ! Pour en avoir le cœur net, il faut comparer.

 

Les assurances auto spécialisées

 

Existe-t-il des assurances spécialisées « jeunes conducteurs »?

JG : La plupart des assurances proposent leurs tarifs à la vaste majorité des clients, nous procédons ainsi. Le fait de se définir comme « assureur spécialisé » est plus un argument marketing, que du fait d’offrir réellement un tarif préférentiel à certains conducteurs en particulier.

 

Si je constate que mon kilométrage réalisé est bas, selon vous est-ce pertinent d’aller vers une assurance au nombre de kilomètres ?

JG : Aujourd’hui en France, peu d’acteurs proposent de solutions au kilomètre. Nous avons encore peu de recul pour pouvoir juger ce créneau, qui n’en est qu’à son tout début.

Chez L’olivier – assurance auto, nous modulons nos tarifs par rapport au kilométrage que vous déclarez par an. Si vous êtes un petit rouleur, cela sera pris en compte dans le tarif proposé.

 

Pour quels usages est-on couvert en assurance auto : covoiturage, prêt de véhicule ?

Le covoiturage

Il est très important de comprendre qu’en assurance auto, vous allez assurer un véhicule quel qu’en soit l’usage, en dehors de faire des rallyes ou autres activités sportives. Une fois que vous avez assuré votre véhicule, vous pouvez tout à fait faire du covoiturage, et toutes les personnes à l’intérieur du véhicule seront assurées et prises en charge par l’assurance de votre véhicule. Si toutefois vous effectuez du covoiturage via une plateforme dédiée, c’est l’assureur de la plateforme qui vous couvre vous ainsi que vos passagers.

Prêt de véhicule

Si vous prêtez votre véhicule à une personne qui n’était pas déclarée au contrat en tant que conducteur secondaire, elle sera tout autant assurée. Cependant, en cas d’accident, l’assureur pourra demander une franchise pour « prêt de volant ». Le niveau de franchise sera différent. C’est en ce sens que la personne sera moins bien assurée : à cause de cette franchise.

 

Et lorsque je conduis un véhicule que l’on me prête ?

JG : L’assurance que vous contractez pour un véhicule n’est pas valable pour un autre véhicule. Vous serez couvert par l’assurance du véhicule conduit, pas par la vôtre. Il faut absolument vérifier que le véhicule emprunté est bien assuré.

 

On voit de plus en plus de véhicules en libre-service ou en location. Est-ce la même chose pour ces véhicules ?

JG : C’est complètement différent. Dans la quasi totalité des cas, la location s’accompagne d’une offre d’assurance : le loueur vous assure sur son véhicule, qu’il soit en location ou en libre-service.

 

Qu’est-ce qu’une assurance 100% en ligne ?

JG : Leurs particularités : pouvoir effectuer la souscription, la gestion du contrat et la déclaration de sinistres entièrement en ligne. Vous n’avez pas besoin d’aller dans une agence physique selon ses horaires d’ouverture, vous pouvez effectuer ces opérations sur Internet, ou au téléphone, à n’importe quel moment.

De plus, les assureurs directs proposent un service téléphonique. En cas de sinistre ou de questions sur votre contrat, vous pourrez être mis en relation avec des conseillers sur une large amplitude horaire.

 

Ces assurances « Directes » proposent-elles des tarifs plus avantageux ?

JG : Ils peuvent même être meilleurs, puisque le service proposé est quasi sur mesure ! Pour les assureurs directs, ne pas avoir de réseau d’agences à entretenir implique d’avoir moins de personnel disséminé, ils peuvent donc focaliser sur les services proposés.

Les services annexes sont aussi plus nombreux et modernes : applications mobiles, avertissements par sms, etc. L’accompagnement se fait à distance sur des plages horaires plus larges, du lundi au samedi. L’avantage est donc double : des tarifs imbattables, et des services performants.

 

Tout savoir sur les bases de l’assurance auto

 

Quelles sont les questions à se poser avant de souscrire un contrat d’assurance auto ?

JG : Premièrement, la question à se poser concerne les conducteurs. Seulement un conducteur principal, ou également un conducteur secondaire ?

Ensuite, le second élément à prendre en compte concerne le niveau de garanties souhaitées : au tiers, au tiers étendu, ou tous risques.

Enfin, vous devez faire attention aux franchises incluses dans votre contrat, elles peuvent différer d’un contrat à un autre. Certains assureurs vont pratiquer des franchises variables, il sera alors être difficile de connaître précisément le montant de votre franchise.

 

Est-ce qu’il existe des délais de carence, comme pour les assurances santé ?

JG : En assurance auto, le délai de carence existe dans de rares cas sur des garanties supplémentaires comme la panne mécanique par exemple. Pour toutes les garanties standards que vous trouverez dans n’importe quel contrat d’assurance, vous êtes couvert dès le début du contrat sans aucun délai de carence. Mais effectivement, des assureurs sont plus ou moins rapides pour indemniser leurs sinistrés.

En tant qu’assureurs directs, nous sommes capables de vous contacter très rapidement pour faire le point, et de ce fait, de vous indemniser très rapidement. Ceci dit, vous êtes indemnisé de la même façon quel que soit votre assureur, puisque les coûts du sinistre ne sont pas fixés par l’assureur, mais par un expert mandaté par lui et assermenté par l’état. Ce n’est donc pas l’assureur qui décide du coût pour lequel serez indemnisé.

 

Est-il possible de changer de garantie en cours de contrat ?

JG : Bien entendu, cela arrive souvent. Notamment, en cas de changement de véhicule, lorsque le véhicule acheté a une valeur plus élevée et que l’on souhaite l’assurer avec plus de garanties. Il peut aussi arriver que l’on décide du jour au lendemain ne plus avoir besoin de tel ou tel niveau de garantie, auquel cas il suffit d’appeler pour modifier le niveau de garantie souhaité.

 

Existe-t-il des délais à respecter avant de pouvoir modifier ses garanties ?

JG : Certains assureurs peuvent effectivement imposer un délai. Les assureurs directs sont souvent plus flexibles, afin de répondre très rapidement aux besoins de leurs clients.

Soit vous souhaitez baisser vos garanties : dans ce cas, le changement est effectif immédiatement. Si vous souhaitez augmenter votre niveau de garanties, les assureurs vous demanderont d’envoyer des photos de votre véhicule afin d’attester de l’état de ce dernier. Le but est de vérifier que vous ne venez pas d’avoir un sinistre. Il serait en effet trop facile de demander un niveau de garanties supérieur seulement après avoir subi un sinistre et s’être rendu compte, par exemple, que l’on n’avait pas choisi l’option « Tous risques » !

 

Comment faire valoir son Bonus auprès de sa nouvelle assurance ?

JG : Au moment où vous quittez votre assureur actuel, vous lui demandez un relevé d’informations, il a obligation de vous l’envoyer. Grâce à ce relevé, votre bonus sera pris en compte.

 

De manière générale, qu’est-ce qu’une franchise en assurance auto ?

JG : C’est une question qui revient très régulièrement. Dans l’assurance auto, si vous êtes garanti en « Tous risques », vous allez avoir droit à une indemnisation même si vous êtes responsable, c’est le but de cette assurance. Par contre, on va vous demander de prendre en charge une partie du sinistre. Cette partie s’appelle la franchise.

Toute l’industrie de l’assurance auto a mis en place des franchises, afin d’éviter le risque de d’abus. Le terme exact est aléa moral, les assureurs souhaitaient inciter leurs clients à avoir une attitude prudente au volant. S’ils se savaient assurés à 100%, ils seraient tentés de rouler un peu n’importe comment, il pourrait du moins y avoir des abus. Le système de franchise permet de responsabiliser nos clients et de les inciter à la prudence. L’autre système incitatif est le système du bonus-malus.

 

Les différentes formules de l’assurance auto

 

Parlons à présent des formules d’assurance : en quoi consiste l’assurance au tiers ?

JG : Dans l’assurance au tiers, seuls les sinistres causés par vous à des tiers seront pris en charge. Vous n’allez pas recevoir d’indemnisation pour votre véhicule endommagé au cours d’un accident dont vous êtes responsable, ne sera indemnisé que le véhicule endommagé du tiers. Il en est de même pour le vol de votre véhicule. Par contre, les passagers sont couverts dans tous les cas d’accidents, avec ou sans responsabilité.

 

Quand conseillez-vous de prendre ce type d’assurance ?

JG : Lorsque les véhicules sont de valeur relativement faible. La question à se poser concerne votre capacité financière. En cas de vol (ce qui n’arrive pas tous les jours), pouvez-vous ou non racheter un autre véhicule ? Ou bien, en cas d’accident responsable, pourrez-vous réparer par vous-même, voire changer de véhicule ? Si vous pensez pouvoir supporter financièrement ces risques, l’assurance au Tiers peut suffire.

Celle « au Tiers » est le minimum obligatoire. Lorsque vous êtes responsable d’un sinistre, elle couvre tous les frais occasionnés, quel que soit le tiers concerné et le montant des frais engagés pour l’indemniser du sinistre subi.

 

Si ces frais s’avèrent très élevés, est-ce que mon assurance pourra ensuite m’exclure ?

JG : Les compagnies d’assurance ont la possibilité de résilier à chaque échéance les contrats des « mauvais conducteurs ». Pour cela, nous regardons la fréquence des sinistres uniquement et non leur montant.

 

En quoi consiste l’assurance intermédiaire « au tiers-plus » ?

JG : Les garanties supplémentaires à celles « au Tiers » simple sont : le bris de glace, le vol, l’incendie et tous les dommages subis suite à des événements climatiques naturels, souvent appelés « tempête grêle et neige ».

 

Dans quels cas souscrire à cette assurance intermédiaire ?

JG : Lorsque vous avez un véhicule d’une valeur un peu plus élevée. La garantie « vol » est importante surtout si votre véhicule est garé dans la rue.

La garantie « bris de glace » est pertinente en particulier pour les gros rouleurs. Plus vous roulez, plus le risque de recevoir un petit caillou dans votre pare-brise est élevé. On vous conseille cette garantie notamment lorsque les routes que vous empruntez régulièrement sont en mauvais état ou en cours de réfection.

 

Et en cas d’accident responsable ?

JG : Lorsque vous êtes responsable, les dommages subis par votre véhicule ne sont toujours pas indemnisés avec cette assurance intermédiaire.

 

Comment arbitrer pour choisir entre ces garanties « Tiers » et « Tiers-plus » ?

JG : Les critères se portent sur le fait de rouler régulièrement ou pas, d’avoir peur ou pas d’une perte totale du véhicule. En conséquence, votre capacité financière à assumer ou non à ces risques demeure un critère central.

 

Et entre « Tiers-plus » et la garantie « Tous risques », à quels critères faut-il être attentif ?

JG : La différence repose sur la garantie « Tous accidents », nommée DTA sur le marché des dommages. Elle seule couvre tous les accidents si vous êtes responsable, qu’il y ait un tiers ou pas, mais aussi les dégâts occasionnés par un acte de vandalisme.

Ensuite, il faut clairement être attentif à la franchise liée à chaque garantie supplémentaire, et encore une fois, selon les assurances, les franchises variables peuvent monter très haut sur ces dégâts couverts.

L’intérêt du « Tous risques » est évident si vous avez un véhicule à valeur conséquente, d’autant plus si ce véhicule a été acheté à crédit ou en leasing. Le coût des réparations au moindre petit accident, votre souhait de garder votre véhicule réparé en permanence, et plus généralement votre exigence concernant votre véhicule. Par exemple, certains propriétaires supportent d’avoir un véhicule égratigné sur le côté, d’autres non.

En résumé, le choix du niveau de garantie dépend essentiellement de votre capacité financière à supporter un sinistre touchant votre patrimoine.