Les réseaux sociaux ont de plus en plus d’impact sur l’immobilier

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Comme a tenu à le préciser Bernard Cadeau, président d’ORPI France, les professionnels de l’immobilier ont parfaitement compris la nécessité de s’intégrer aux réseaux sociaux. Ils sont ainsi 66 % à considérer que les diverses communautés virtuelles sont parfaitement adaptées au domaine de l’immobilier.
L’aspect positif de la mise en place d’une réelle stratégie liée aux réseaux sociaux est exprimé par 70 % des professionnels, des chiffres en hausse de respectivement 7 et 11 %.

La table ronde organisée à cette occasion a également été l’occasion d’affiner certains points. Un ciblage et un langage adaptés à chacun des grands réseaux sociaux font partie des composantes que l’agent immobilier doit prendre en compte. Comme l’a rappelé Béatrice Judel, directrice marketing & communication de PVCI, « vouloir être partout revient finalement à n’être nulle part ».

LinkedIn est par exemple le réseau privilégié par 35 % des professionnels de l’immobilier alors que les entreprises du secteur sont pour 44 % d’entre elles inscrites sur Facebook. En complément de ces deux poids lourds des réseaux sociaux, d’autres tels que Twitter et YouTube offrent de sérieuses opportunités une fois leur ciblage bien assimilé. Jean-François Jagle, conseiller immobilier chez Century 21, a appuyé le fait que l’innovation reste une nécessité, le paysage des réseaux sociaux étant appelé à évoluer à grande vitesse.
Certains outils actuels semblent ne présenter que peu d’intérêt pour le secteur de l’immobilier, mais peuvent devenir porteurs une fois adaptés aux besoins spécifiques. D’autres applications vont s’ajouter au fil du temps, ce qui va imposer une adaptation rapide de la part des professionnels du secteur immobilier. Comme souvent, ceux qui seront les mieux préparés deviendront les premiers bénéficiaires.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous