Vivre près d’un bon collège influence-t-il le prix de votre logement ?

Un logement situé à proximité d’un établissement scolaire coûte plus cher que la moyenne des prix pratiqués dans la ville concernée. De 7 % pour Bordeaux à 27 % sur Toulouse, cette surcote immobilière est analysée par Meilleursagents.com.

Établissement scolaire côté : un critère de choix essentiel

Parmi les nombreux critères de choix lors de l’achat d’un bien immobilier, la présence à proximité d’établissements scolaires réputés se positionne en haut du tableau. Une première question qui se pose est de savoir si c’est la présence d’un collège ou lycée réputé qui fait monter les prix ou si les bons établissements scolaires sont mieux implantés dans les quartiers aisés. La réponse doit sans trop de doute se situer entre ces deux hypothèses, l’une alimentant l’autre.

En entrant dans la liste des aspects incontournables du futur bien immobilier, il est logique que le prix des logements reflète cette priorité. Cette surcote est générale avec par exemple une moyenne de +9% à Lyon, +11 % à Nice, 12% à Rennes et +13% à Nantes. Il ne s’agit que de prix médians, la surcote de 17 % sur Paris connaissant des pics tels que +35 % près du collège Lavoisier et 37 % pour celui Victor Hugo. La palme de la surcote sur la capitale revient à l’unique collège public du 7e arrondissement avec +51 % (13 156 €/m²).

La présence de bons plans relativise la tendance

Heureusement pour les foyers les plus modestes, cette tendance s’accompagne d’exceptions. Il y a tout d’abord le fait que la surcote la plus élevée se situe dans un rayon de 300 mètres de l’établissement scolaire. Sans retrouver la moyenne de la ville aussitôt franchie une frontière virtuelle, un logement coûte progressivement moins cher au fur et à mesure que l’on s’éloigne de « l’épicentre scolaire ».

La plupart des grandes villes offrent malgré tout des établissements publics de qualité, sans pour autant que le parc immobilier à proximité subisse une hausse notable. Certains établissements scolaires de la capitale font également exception, comme celui Jean de la Fontaine qui affiche 95 % de réussite au brevet (8 358 €/m2) ou celui Georges Courteline avec 93 % de succès au même examen (7 991 €/m2).

Il n’empêche toutefois pas que cette surcote est des plus inquiétante à une époque où il est régulièrement mis en avant l’égalité des chances.