Assurance vie : quel bilan en 2016 ? Les perspectives pour 2017

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Avant d’envisager l’avenir de l’assurance-vie, il est important de savoir pourquoi son rendement est à la baisse. Cette érosion concerne très majoritairement les contrats d’assurance-vie en fonds euros composés à 80 % d’obligations.
Or, le taux de l’OAT à 10 ans a fortement baissé ces dernières années. Il est dès lors logique que le rendement soit également en baisse.
En juin 2016, le Haut Conseil de la Stabilité Financière (HCSF) a d’autre part qualifié d’insuffisante la baisse des rendements de l’assurance-vie en fonds euros, les assureurs courant un risque en puisant dans leurs réserves.
La loi Sapin II votée en novembre 2016 intègre cette recommandation en permettant au HCSF de limiter, et au besoin bloquer, les arbitrages et retraits des sommes placées sur des assurances-vie en cas de crise systémique.

L’assurance vie est-elle boudée ?

Cette mesure a-t-elle effrayé les épargnants␣? Il semble que oui, car bien que 100,9 Mrd € aient été collectés sur les 9 premiers mois de 2016 (100,5 Mrd € en 2015), septembre a été marqué par une collecte nulle.
Autre signe de la crainte des épargnants, les rachats et prestations liés au décès ont progressé d’1,7 Mrd € avec 9,6 Mrd €, soit autant que les collectes sur la même période.
Est-ce pour autant la fin programmée de l’assurance-vie␣? Sans doute pas, mais cela demande une autre approche de ce type de contrat. Même plus risqué, un contrat d’assurance-vie en unités de compte propose une rémunération intéressante (+4,1 % en 2015). Ce rendement se situe largement devant celui des livrets A et de développement durable (LDD) avec une moyenne annuelle de 0,9 %.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous