Emprunteur : les banques ne jouent toujours pas le jeu

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Depuis 2010, il est possible de choisir sa propre assurance emprunteur, au lieu de celle imposée par la banque qui accorde le crédit immobilier. Pourtant, plusieurs rapports émanant de l’ACPR et du CCSF mettent en lumière des pratiques qui empêchent volontairement les demandeurs de choisir librement leur assurance, ou qui ralentissent les démarches et possibilités.

Mise en vigueur depuis maintenant sept ans, la loi Lagarde offre la possibilité aux consommateurs de changer d’assurance emprunteur à tout moment, et plus uniquement durant la première année. Toutefois, une condition essentielle reste imposée : la banque se réserve le droit de refuser la nouvelle assurance emprunteur dans le cas où le niveau des garanties n’est pas identique au contrat proposé par la banque elle-même.

Le bilan du comité consultatif du secteur financier est pourtant sans appel : la plupart des banques ne cessent de mettre des bâtons dans les roues, pour ne pas perdre la mainmise sur la marge confortable qu’elles gagnent sur le contrat d’assurance emprunteur (selon l’inspection générale des finances : environ 50 % du chiffre d’affaires).

Jusqu’à 40% d’économie d’assurance en faisant jouer la concurrence

Les consommateurs auraient pourtant tort de se laisser influencer. En effet, il apparaît clairement qu’en faisant jouer la concurrence, il est possible de réaliser des économies allant parfois jusqu’à 40 % du coût de l’assurance (et une moyenne de 9’000€ sur toute la durée du prêt).

Suite à la publication de son rapport, l’ACPR met tout en œuvre pour corriger ces pratiques. Elle recommande aux prêteurs de mieux communiquer les exigences liées à l’obligation d’assurance et à partager les informations nécessaires à la conclusion d’un contrat dans les meilleurs délais.

Par ailleurs, l’autorité déplore que d’autres contrats d’assurance soient aussi sujets à des pratiques indélicates par les professionnels de mutuelles santé (entre autres, différence entre les tarifs annoncés et réels).

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous